Selon une étude menée par la Direction des études et des prévisions financières : Le chômage des femmes impacte sur le niveau de vie au Maroc

03 mars 2022 - 16:18

La Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Economie et des finances a présenté une étude réalisée en partenariat avec ONU-Femmes et avec l’appui de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne (UE).

Intitulée « Analyse genre de la contribution de l’utilisation de la main d’œuvre (UMO) à l’amélioration du niveau de vie: Analyse rétrospective et prospective à la lumière des recommandations du Nouveau Modèle de Développement (NMD) », cette étude ressort la « faible » présence des femmes dans le marché du travail a impacté négativement l’évolution du niveau de vie au Maroc.

Elle indique que l’analyse par genre et par âge de la contribution des composantes de l’UMO à l’évolution du niveau de vie de 2014 à 2019 a mis en lumière plusieurs constats, dont une contribution négative et décroissante de l’activité féminine (toutes tranches d’âge confondues) de -52% en 2014-2016 et de -56,8% en 2017-2019, contre une contribution de -26,1% et +39,3% respectivement pour l’activité des hommes.

L’étude fait aussi état d’une contraction amplifiée de la contribution de l’UMO féminine à l’évolution du niveau de vie en 2020 sous l’effet de la crise liée à la pandémie du covid-19.

En 2020, le produit intérieur brut par habitant (PIBH) a accusé un repli de 7,1% par rapport à l’année 2019. L’activité et le chômage des femmes ont amplifié cette contraction du PIBH à hauteur respectivement de 30,3% et 8,5% contre 1,2% et 33,9% pour les hommes et ce, au regard des effets de la crise pandémique qui ont amplifié la fragilité déjà bien existante de la situation de la femme sur le marché du travail.

Ainsi, l’étude révèle des implications contraignantes du chômage des femmes sur la croissance du PIBH. En effet, la dégradation du taux de chômage des femmes, toutes tranches d’âge confondues, a impacté négativement à l’évolution du PIBH entre 2014-2016 et 2017-2019.

 

Quant à la contribution du chômage des hommes, elle demeure positive et en amélioration durant les mêmes périodes, exception faite de la tranche d’âge 25-44 ans, dont la contribution, quoi que positive, a accusé une légère dégradation.

En outre, l’étude fait ressortir des contributions positives, bien qu’en décélération, de la démographie sur l’évolution du PIBH. La population féminine en âge d’activité contribue plus que celle des hommes à l’accroissement du PIBH, avec une contribution totale de 10,6% contre 6,7% pour la population masculine.

Ladite étude s’est appuyée sur un cadre d’analyse fondé sur la décomposition du PIBH en deux effets, à savoir un effet productivité qui correspond à l’efficacité avec laquelle les facteurs de production sont conjointement mobilisés dans le processus de production et un effet UMO, qui renseigne sur l’intensité avec laquelle la main d’œuvre est mobilisée dans le processus de production.

Partager l'article
-->