HCP : La production énergétique connaîtrait une diminution au 1er trimestre 2022

24 mars 2022 - 10:19

Les entreprises du secteur de l’industrie extractive prévoient une baisse de leur production au premier trimestre 2022, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Cette évolution serait imputable principalement à une diminution de la production des phosphates, indique le HCP qui vient de publier les résultats des enquêtes de conjoncture auprès des entreprises relevant des secteurs de l’industrie manufacturière, de l’extractive, de l’industrie énergétique, de l’industrie environnementale et de la construction. Au niveau des effectifs employés, les patrons de ce secteur prévoient une baisse, précise le HCP.

De son côté, la production énergétique attendue pour le 1er trimestre 2022, connaîtrait une diminution attribuable à une baisse de la « Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné », fait savoir la même note, relevant que l’emploi connaîtrait une diminution.

Pour le même trimestre, les entreprises de l’industrie environnementale anticipent une stabilité de la production notamment dans les activités du « Captage, traitement et distribution d’eau » et une stabilité des effectifs employés.

Au 4ème trimestre 2021, la production de l’industrie extractive aurait affiché une baisse imputable à une diminution de la production des phosphates. Les carnets de commande se seraient situés à un niveau normal et l’emploi aurait connu une baisse.

Concernant la production de l’industrie énergétique, elle aurait connu une baisse due principalement à la diminution de la « Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné », estime le HCP.

S’agissant des carnets de commandes, ils sont jugés d’un niveau normal. L’emploi, quant à lui, aurait connu une augmentation.

La production de l’industrie environnementale aurait enregistré une stabilité imputable à une stagnation de l’activité du « Captage, traitement et distribution d’eau ». En ce qui concerne les carnets de commandes de ce secteur, ils se seraient établis à un niveau normal et l’emploi aurait connu une stabilité.

Et de conclure que le remplacement d’une partie des équipements et l’extension de l’activité auraient fait l’objet des principales dépenses d’investissement réalisées en 2021, selon la majorité des chefs entreprises relevant des secteurs de l’industrie manufacturière, extractive et énergétique.

Partager l'article
-->