Figuig: sécheresse et défis de l’approvisionnement en eau

23 mars 2024 - 21:01

Une rencontre de communication sur la gestion du secteur de distribution de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement liquide dans la province de Figuig, s’est tenue, récemment à Bouarfa, dans le sillage de la création des sociétés régionales multiservices et des protestations que suscitent les déficits hydriques que connait cette région.

Dans une allocution à cette occasion, le wali de la région de l’Oriental Mouaad Jamai a souligné que les contraintes et les changements climatiques ont aggravé les problèmes du secteur, ce qui a nécessité la mise en place d’un cadre juridique en harmonie avec le système juridique national relatif à la gestion des services publics par le biais d’entreprises publiques sous forme de sociétés régionales multiservices, permettant de rationaliser les investissements et de pallier les disparités régionales dans la distribution des services publics y afférents.
À cet égard, le wali  a souligné que l’intervention de la société régionale multiservices se limite à la distribution de l’eau potable aux habitants de la région, sans couvrir les autres domaines d’utilisation de cette ressource vitale, en particulier l’irrigation agricole, précisant qu’il s’agit d’une « société à actionnariat public, et non pas privée ».

Parallèlement à la réforme du secteur, de nombreuses mesures ont été prises pour faire face à la vague de sécheresse et garantir l’accès des habitants à l’eau potable au niveau de la région de l’Oriental, en général, et de la province de Figuig, en particulier, ainsi que la programmation de nombreux projets hydrauliques dans la commune de Figuig

De son côté, le gouverneur de la province de Figuig, Mohamed Derhem, a abordé la situation hydrologique et l’évolution des apports pluviométriques et du niveau des nappes phréatiques dans la région.

Il s’est attardé également sur la carte de la consommation individuelle de l’eau potable à Figuig, notant que le taux de consommation individuelle par jour de cette ressource vitale au niveau des sept Ksours de la commune dépasse largement le taux de consommation quotidien national (70 litres), atteignant même la moyenne de 136 litres dans certains Ksours.

Lors de sa présentation sur la gestion des infrastructures d’eau potable dans la commune, il a évoqué les divers dysfonctionnements observés en termes de distribution d’eau potable, tels que « le tarif forfaitaire », le manque de ressources humaines et l’utilisation de l’eau potable pour l’irrigation agricole. Il a noté que le total des arriérés de paiement des frais de consommation d’eau potable s’élevait, au 31 décembre dernier, à 2.126.214,17 dirhams.

le gouverneur de la province a, en outre, présenté les principaux investissements publics, totalisant 471 millions de dirhams, pour la réalisation de projets visant principalement à préserver la nappe phréatique.

Partager l'article
-->