L’économie mondiale se stabilise mais à un niveau plus faible

12 juin 2024 - 12:39

L’économie mondiale devrait se stabiliser pour la première fois en trois ans en 2024, mais à un niveau faible par rapport aux normes historiques récentes, selon le dernier rapport sur les perspectives économiques de la Banque mondiale, publié mardi à Washington.

La croissance mondiale devrait se maintenir à 2,6% cette année avant de remonter à une moyenne de 2,7% en 2025-2026, selon la même source qui précise que c’est bien en dessous de la moyenne de 3,1% de la décennie précédant la pandémie du COVID-19.

Les prévisions impliquent qu’au cours de la période 2024-26, les pays qui représentent collectivement plus de 80% de la population mondiale et du PIB mondial connaîtraient encore une croissance plus lente qu’au cours de la décennie précédant la crise sanitaire.

Dans l’ensemble, les économies en développement devraient croître de 4% en moyenne sur la période 2024-25, soit un peu plus lentement qu’en 2023. La croissance dans les économies à faible revenu devrait s’accélérer pour atteindre 5% en 2024, contre 3,8% en 2023.

« Quatre ans après les bouleversements provoqués par la pandémie, les conflits, l’inflation et le resserrement monétaire, il semble que la croissance économique mondiale se stabilise », a déclaré Indermit Gill, économiste en chef et vice-président principal du Groupe de la Banque mondiale.

Les perspectives pour les économies les plus pauvres du monde sont encore plus inquiétantes. Ces économies sont confrontées à des niveaux de service de la dette très élevés, à des possibilités commerciales restreintes et à des événements climatiques coûteux, indique l’institution financière internationale.

Cette année, une économie en développement sur quatre devrait rester plus pauvre qu’elle ne l’était à la veille de la pandémie en 2019, ajoute le rapport.

En outre, l’écart de revenus entre les économies en développement et les économies avancées devrait se creuser dans près de la moitié des économies en développement au cours de la période 2020-24, soit la proportion la plus élevée depuis les années 1990.

Le revenu par habitant dans ces économies – un indicateur important du niveau de vie – devrait croître de 3,0% en moyenne jusqu’en 2026, bien en dessous de la moyenne de 3,8% de la décennie précédant le COVID-19.

D’après la Banque mondiale, l’inflation devrait se modérer à 3,5% en 2024 et à 2,9% en 2025, mais le rythme de la baisse est plus lent que prévu il y a à peine six mois. En conséquence, de nombreuses banques centrales devraient rester prudentes dans la baisse des taux d’intérêt directeurs.

Les taux d’intérêt mondiaux resteront probablement élevés par rapport aux normes des dernières décennies, s’établissant en moyenne à environ 4% sur 2025-2026, soit environ le double de la moyenne de 2000-19, indique-t-on.

« Même si les prix des produits alimentaires et de l’énergie se sont modérés à travers le monde, l’inflation sous-jacente reste relativement élevée – et pourrait le rester », a déclaré Ayhan Kose, économiste en chef adjoint de la Banque mondiale et directeur du Prospects Group.

Le rapport relève, par ailleurs, que la croissance des investissements publics dans les économies en développement a diminué de moitié depuis la crise financière mondiale, chutant à une moyenne annuelle de 5% au cours de la dernière décennie.

 

 

 

 

Partager l'article
-->