La prison de Ain Borja rèagi à la grève de la faim du journaliste Raissouni

03 mars 2024 - 11:34

L’administration de la prison locale Ain Borja a indiqué, samedi, que la grève de la faim du détenu (S.R) “n’a aucun lien avec les conditions de sa détention, mais intervient plutôt à l’instigation de parties étrangères aux agendas bien connus”.

“Les raisons avancées au sujet de la grève de la faim entamée par l’individu en question se rapportent au contrôle de ses correspondances par l’administration pénitentiaire. Or, le contrôle des lettres émises et reçues par les détenus est conforme à la loi régissant les prisons”, a indiqué la direction de l’établissement dans une mise au point en réaction aux “allégations contenues” dans un post de l’épouse du détenu.

L’administration, après avoir consulté le contenu de la correspondance adressée par le détenu à une partie étrangère, a constaté qu’elle contenait des propos injurieux et diffamatoires et de fausses informations, poursuit la même source, relevant que cette lettre a été, en conséquence, saisie et soumise aux autorités judiciaires compétentes.

Dans sa mise au point, l’établissement pénitentiaire s’interroge sur les motifs de cette grève de la faim entamée par le détenu (S.R) en cette circonstance particulière, sur son timing, ainsi que sur le rôle de certains membres de sa famille qui l’ont incité à entreprendre cet acte aux conséquences incertaines, sans égard pour les éventuelles répercussions sur son état de santé.

 

 

Partager l'article
-->