Mohamed ben Zayed : éclairages sur la marche d’un homme de l’humanité.

13 janvier 2024 - 10:05

Pour ceux qui ne connaissent pas assez la vie de l’Emir des Emirats Arabes Unis Son Altesse Mohamed ben Zayed Al-Nahiane, un ouvrage dans ce sens vient d’être publié. L’auteur de cette importante publication, Jamal Sanad Al-Suwaidi, est un écrivain Emirati de renommée ayant à son actif une série de publications dans les domaines politique et géostratégique comme il a assumé de multiples  responsabilités dont celle  de Ministre conseiller au cabinet du Prince. Le titre de cette publication, qui a fait l’objet d’une cérémonie de signature à l’IRES le 2 janvier dernier, est révélateur: « Son Altesse Cheikh Mohamed Ben Zayed Al-Nahiane, éclairages sur la marche d’un homme de l’humanité ».  Il ne s’agit donc pas d’une simple biographie chronologique mais plutôt d’une analyse générale des principaux événements dans lesquels le dirigeant des Emirats fut un acteur majeur.

Il faut reconnaitre de prime abord que la tâche n’est pas facile. Et malgré les précautions méthodologiques que l’on pouvait prendre, on ne pourrait pas échapper à une certaine dose de subjectivité eu égard à la place qu’occupe la personnalité concernée dans le subconscient des gens et les interactions multiples entre le Prince et son milieu. Comme tout être humain est le produit de son milieu, l’auteur n’a pas manqué d’analyser dans le détail ces interactions et ramifications en étudiant justement le milieu naturel et social dans lequel le prince a vu le jour tout en s’arrêtant sur la solidité des liens familiaux. Bien sûr, il y a   l’intelligence innée qui se trouve dans les gènes, et l’intelligence acquise à travers la formation et l’expérience. Pour se hisser à la tête d’un grand pays comme les EAU, 20ème rang mondial sur la base du PIB, il faudrait sérieusement s’y préparer et « travailler » dur. Le Dirigeant des Emirats n’a pas dérogé à la règle : il a suivi une formation dans plusieurs domaines et tout particulièrement dans le domaine militaire tout en restant proche du peuple et des gens modestes.

Dans l’exercice de ses pouvoirs, l’Emira œuvré à mettre en place une conception propre de l’autorité, longuement analysée dans le chapitre 2 sous le titre « philosophie de la force ». Ainsi, la force, est vue par le Prince, comme une nécessité pour protéger le développement. Mais elle doit aussi aller de pair avec la justice. Celle-ci passe par le développement de l’éducation et une formation de qualité. C’est ainsi que les Universités des EAU sont classées au top 10 dans le monde arabe et dans le premier tiers parmi les 1000 premières universités mondiales. C’est là le secret de la réussite : l’investissement dans l’homme.

Le chapitre 3 est consacré à l’action politique intérieure et extérieure. Sur le plan intérieur, il a été question de déclarer la guerre à l’extrémisme, représenté notamment par la faction des frères musulmans, et de bâtir une société de tolérance. A cet égard, le rôle de l’éducation, encore une fois, est fondamental en considérant la science comme une richesse et un rempart contre les idées obscurantistes.  C’est ainsi que le pays a vu naitre sous l’impulsion de Son Altesse l’Emir, « le Conseil des Emirats pour la quatrième révolution industrielle », ainsi qu’une série d’Instituts scientifiques et de centres de recherche de renommée mondiale. Ce qui a amené les Emirats à connaitre un véritable essor et une transformation économique axée sur la diversification sectorielle et l’investissement massif dans les énergies renouvelables, le numérique et l’intelligence artificielle. L’après-pétrole a bel et bien commencé  comme on a pu le vérifier au cours de la COP28 organisée à Doubaï du 30 novembre au 12 décembre 2023

Au niveau de la politique extérieure, les Emirats, sous l’égide de leur Président, ont opté pour la non- ingérence dans les affaires intérieures et le respect de leurs engagements dans les instances régionales et internationales. Cette politique extérieure est basée sur les fondements suivants : la réalisation de la sécurité et de la stabilité, l’instauration de la paix, la réalisation du développement et du progrès, la solution des conflits par les voies pacifiques, et enfin la coordination entre les pays amis et frères. Dans ce sens, sont passées en revue les relations avec certains pays relevant de cette catégorie. Il en est ainsi des relations émirati-marocaines jugées parmi les meilleures historiquement. Rappelant que le Maroc a été l’un des premiers pays à reconnaitre l’Etat des EAU, l’auteur a fourni quelques indicateurs chiffrés et concrets sur les échanges bilatéraux entre les deux partenaires.

L’ouvrage se termine, comme l’indique le titre, sur les valeurs humaines (ou humanistes) de l’Emir, considéré comme l’Icône de l’action humanitaire tant au niveau local qu’au niveau régional et mondial, et ce en parfaite symbiose avec les traditions du pays et les pratiques de ses prédécesseurs. Le volontariat et la philanthropie font partie des constantes des Emirats. Ces actions sont menées tout en cultivant et développant les valeurs de tolérance, de coexistence et de dialogue aussi bien au niveau du pays qu’entre différentes nations. A cette fin, un certain nombre d’instituions ont été créées afin de promouvoir de telles valeurs.

En lisant cet ouvrage de 270 pages, sans compter les annexes, il est permis d’en tirer quelques enseignements d’ordre général. Tout d’abord, la richesse n’est pas synonyme de développement et de progrès. Beaucoup de pays disposent de richesses colossales mais faute de projet de société mobilisateur et d’une volonté politique affichée, ils sombrent dans le retard et n’arrivent pas à décoller. Ensuite, le développement ne se limite pas à l’accumulation du capital physique. Mais il passe avant tout par la transformation de la société à travers des réformes de structure et l’élévation du quotient intellectuel des citoyens. Enfin, le développement ne peut être que global : il englobe l’ensemble des indicateurs en intégrant notamment les facteurs non-économiques comme la culture entendue au sens large. En  somme, le développement ne se réalisera que lorsque deux conditions sont réunies : un leadership éclairé et un peuple éveillé.

Dr Abdessalam Seddiki. Économiste et ex ministre de l’emploi et des affaires sociales.

Partager l'article
-->