Le Génocide: un chef d’orchestre issu de l’occident

22 janvier 2024 - 09:38

« L’atomisation du monde » est une vieille tradition qui caractérise l’histoire sanglante de l’Occident. Depuis les Croisades (1095-1522) et les guerres coloniales d’extermination contre de nombreux peuples partout dans le monde, l’Occident n’a cessé de tuer et de massacrer: en Amérique, en Afrique, en Asie et en Océanie. Il a également systématiquement exploité leurs richesses.

Il ne reste pratiquement aucune trace de la plupart de ces peuples « atomisés ». Les plus touchés sont les peuples indiens d’Amérique qui ont pratiquement complètement disparus et dont personne ne parle, même pas dans les livres d’histoire. Ou du moins rarement !

L’Allemagne a même commis le premier génocide majeur du 20ème siècle. celui des « Héréros » et des « Namas ». Elle massacra 80% de la population autochtone !

Plusieurs siècles avant l’invention de la bombe atomique, l’Occident avait « atomisé » des zones entières, il a complètement dévasté de nombreux continents et anéanti leurs populations.

Bien avant l’apparition martiale d’Amichai Elijah, le ministre israélien dont le nom est lié au projet d’utilisation de la bombe atomique contre les Palestiniens, de ce « ministre de l’atome » qui d’ailleurs divulgue souvent haut et fort ce qui est secrètement discuté au sein du cabinet, les destructions des bombes larguées sur Gaza dépassaient déjà celles des bombes américaines larguées sur Hiroshima et Nagasaki.

Le « ministre atomique » israélien, favorable à la guerre nucléaire, n’a laissé aucun doute sur ses véritables intentions ! Il a qualifié l’utilisation d’une bombe nucléaire sur Gaza d’une « option » qu’il faudrait envisager sérieusement.

« Le nord de la bande de Gaza est plus beau que jamais. Tout faire exploser et tout aplatir est un régal pour les yeux. Nous attribuerons un morceau de terre à tous ceux qui se sont battus pour Gaza », a déclaré le « ministre atomique ».

Inutile de dire qu’il utilise également les euphémismes nazis mensongers étudiés et analysés par Victor Klemperer dans son célèbre livre sur le langage du « Troisième Reich ».

Étant donné que « L’Etat des Juifs » (Der Judenstaat) a été conçu par Theodor Herzl dès le départ comme le fer de lance de l’Occident au Proche-Orient et comme un projet colonialiste, force est de constater donc que notre « ministre atomique » – Amichai Elijahu – s’insère bien dans cette tradition sioniste occidentale qui a fait ses preuves.

Et ce n’est pas un hasard s’il n’a pas accepté n’importe quel ministère, mais le portefeuille de ministre du Patrimoine culturel. Il faut dire que pour une fois, Netanyahu a fait le bon choix.

La thèse de l’atomisation de l’ennemi qu’il faut détruire et le projet de construction en Palestine d’une muraille de protection européenne contre les incursions des peuples barbares d’Asie sont clairement formulés dans mon précieux exemplaire privé « L’État des Juifs » de Theodor Herzl (Leipzig et Vienne 1896). Il est évident qu’il y est question également des « animaux humains » et de l’obligation de l’Europe de garantir l’existence d’Israël.

Lisez par vous-même : « Pour l’Europe, nous formerons [en Palestine] une partie de la forteresse contre l’Asie et nous deviendrons l’avant-poste de la culture contre la barbarie. En tant qu’Etat neutre, nous garderons de bonnes relations avec tous les pays européens qui, en contrepartie, garantiront notre existence. »

Fawzi Boubia

Ecrivain et philosophe marocain

Parmi ses publications: un roman sur le sort des étrangers en Allemagne : « Mein west-östlicher Divan », Editions PalmArtPress, Berlin, 2022; et un essai sur Hegel et sa philosophie de l’exclusion: « Hegel. Philosophie der Ausgrenzung », Editions PalmArtPress, Berlin 2024.

Partager l'article
-->