Le Maroc réitère à Genève son engagement en faveur des droits de l’Homme

21 juin 2023 - 11:55

L’Ambassadeur, Représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a réaffirmé hier mardi à Genève, l’engagement du Royaume en faveur des droits de l’Homme et sa disposition, comme à l’accoutumé, d’apporter sa contribution à la promotion de leur respect.

Intervenant dans le cadre de la 53ème Session du Conseil des Droits de l’Homme, qui s’est ouverte lundi, le diplomate a relevé que “la coopération du Maroc avec les mécanismes des droits de l’Homme sera davantage renforcée l’année en cours, à travers l’examen, en novembre prochain, du rapport soumis au Comité pour l’élimination de la discrimination raciale”.

Le Maroc, qui a abrité un séminaire international des mécanismes nationaux des droits de l’Homme en décembre dernier, a déployé d’intenses efforts, aux côtés du Paraguay, du Portugal et du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme pour faire avancer le processus de mise en place d’une plateforme de mise en réseau entre ces mécanismes, pour favoriser l’apprentissage mutuel, la concertation, et le renforcement de leur interaction avec le système des droits de l’Homme des Nations Unies, a poursuivi M. Zniber.

Sur un autre volet, le diplomate a relevé que Maroc a abrité, la semaine dernière, les travaux de la Conférence parlementaire sur le dialogue interconfessionnel, qui fut l’occasion de lancer l’appel à la mise en place d’un mécanisme pour faire de ce dialogue un objectif commun, érigeant la religion en rempart contre l’extrémisme, qui doit fonder le vivre-ensemble et prévenir son instrumentalisation par des idéologies extrémistes.

Dans le même élan et volonté de promouvoir davantage la pluralité culturelle, M. Zniber a rappelé que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a décidé d’instaurer le jour de l’an amazigh, jour férié national officiel payé, à l’instar du premier Moharram de l’année de l’Hégire et du Jour de l’an du calendrier grégorien.

S’agissant de la présente session du Conseil des droits de l’Homme, le diplomate a annoncé que la délégation marocaine présentera un projet de résolution sur l’impact de la corruption, et contribuera, en tant que membre des Core Group, à l’élaboration de la décision relative aux nouvelles technologies, et au renouvellement des mandats des rapporteurs spéciaux sur la lèpre et sur l’extrême pauvreté.

En termes d’interaction avec les mécanismes des droits de l’Homme, M.Zniber a rappelé que le Maroc a présenté, en mars dernier, devant le Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants, la stratégie multidimensionnelle, préventive et humaniste du Maroc en la matière, laquelle repose sur des programmes couvrant les domaines de l’éducation, la santé, l’emploi, l’assistance juridique et sociale.

Partager l'article
-->