Benmoussa justifie de priver les candidats libres du baccalauréat des procédures pédagogiques par "l'absence d’un cadre légal"

12 mars 2022 - 15:31

Chakib Benmoussa, ministre de l’Education nationale, du préscolaire  et des Sports, a justifié que les candidats libres au baccalauréat ne bénéficiaient pas des dispositifs pédagogiques dont bénéficient les candidats qui sont scolarisés, comme que les cours de soutien, par  l’absence d’un cadre légal.

Dans sa réponse à une question écrite des conseillers parlementaires, Khaled Essti et Alaoui Loubna, de la Confédération nationale du travail du Maroc, Benmoussa a déclaré que le ministère travaille à suivre et à évaluer les résultats des candidats libres au cours de chaque année, « surtout depuis que le système de gestion offre de larges possibilités pour formuler des indicateurs spécifiques pour cette catégorie.

Le ministre a souligné le souci du ministère de développer des mécanismes pour encourager les candidats libres à réussir les épreuves du baccalauréat, notant qu’un pourcentage important d’absence a été enregistré parmi cette catégorie de candidats, ce qui a nécessité l’introduction d’amendements aux conditions des candidatures des personnes libres aux épreuves du baccalauréat, afin de retenir les candidatures sérieuses, et d’assurer l’encadrement et l’accompagnement nécessaires pour permettre au plus grand pourcentage possible  d’obtenir le baccalauréat.

Le ministre a ajouté : « Immédiatement après l’introduction de ces modifications réglementaires, le taux de présence aux examens a augmenté, atteignant 67 % en 2020, contre 44,41 % en 2014, et le taux de réussite, qui n’a pas dépassé 22,43 % en 2011, a atteint 56,51 % en 2021.

Partager l'article
-->