Le Maroc entame une coopération avec l'Espagne concernant les mineurs à Ceuta, fournissant des informations sur 70 d'entre eux

14 mars 2022 - 15:34

Des mois après que des milliers de Marocains sont entrés à la frontière de l’enclave occupée de Ceuta et que des centaines de mineurs marocains sont restés à l’intérieur, l’Espagne a annoncé que le Maroc avait entamé une coopération avec les autorités de la ville occupée, en fournissant des informations sur le statut social de ses mineurs non accompagnés qui s’y trouvaient, une coopération que l’Espagne considère comme une étape positive pour rétablir le contact et la coordination avec le Maroc, après la crise.

Les médias espagnols ont affirmé, lundi, que le Maroc avait remis aux autorités de Ceuta son avis sur 70 mineurs, y compris des informations sur leurs conditions sociales et familiales, alors que leur nombre atteignait 700 individus, qui étaient entrés dans l’enclave occupée en mai dernier.

La réponse marocaine intervient après que la ville Ceuta a soumis plus de 700 demandes à la représentation diplomatique du Maroc par l’intermédiaire du commissaire général à l’immigration et à la protection, conformément à une décision prise par le ministère espagnol de la justice, qui a obligé la ville à se conformer à la législation en vigueur avant de prendre toute décision de renvoi des mineurs au Maroc.

Sur les soixante-dix mineurs sur lesquels le Maroc a fourni des informations, on ne sait plus s’ils sont toujours à Ceuta ou partis pour Melilla ou vers d’autres villes de l’Espagne, d’autant plus que les autorités espagnoles avaient constaté la présence de dizaines de mineurs marocains dans la capitale, Madrid, qui étaient entrés à Ceuta, lors de la vague d’immigration de mai dernier.

La recherche d’informations depuis le Maroc intervient après qu’un tribunal espagnol a suspendu en août la décision d’expulser des mineurs non accompagnés vers le Maroc après qu’ils aient traversé en grand nombre vers la ville de Ceuta.

La décision a été rendue après que deux organisations de défense des droits de l’homme eurent déposé une demande auprès du tribunal au nom de 12 enfants qui avaient cherché refuge chez eux afin de leur fournir une assistance pour rester en Espagne.

Le tribunal a également imposé aux autorités de veiller à ce que les mineurs bénéficient de conditions matérielles et familiales adéquates au Maroc, avant de prendre la décision de les expulser.

Partager l'article
-->