Le PPS appelle le gouvernement à intervenir pour réduire la marge des bénéfices des compagnies d'hydrocarbures

16 mars 2022 - 13:26

Le Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme a appelé le gouvernement à « intervenir pour réduire les marges bénéficiaires  des compagnies pétrolières, en application du principe de la solidarité nationale, et l’utilisation de l’outil fiscal et douanier pour réduire le prix de l’essence, du gasoil, et des autres matières de base lors de la consommation.

Le parti a appelé à  l’adoption d’un contrôle strict afin de contrôler les prix des produits  de consommation et des services de base ; empêcher le monopole et la spéculation;  réprimander ceux qui influencent négativement  la distribution et  l’approvisionnement. Le parti appelle également à privilégier la sécurisation de l’approvisionnement du marché national à l’exportation.

Le parti a expliqué, dans un communiqué, avoir passé en revue, lors de sa réunion hebdomadaire d’hier soir, « les difficultés et les contraintes sévères qui caractérisent les conditions économiques et sociales », soulignant que « c’est exactement ce qui rend l’urgence pour le gouvernement actuel et l’oblige à être un gouvernement politique fort et capable de prendre  ses responsabilités, de trouver des solutions, de relever des défis, de prendre des décisions, et de les expliquer devant l’opinion publique nationale.

Le parti a appelé le gouvernement à ne pas se contenter d’annoncer ses intentions, et à abandonner l’approche des mesures isolées, et a exigé qu’il passe à la prise de décisions concrètes, tangibles et cohérentes, « pour activer le rôle stratégique de l’État ».

Le parti d’opposition estime qu’il faut mettre en place un plan global, clair, précis et réaliste qui comprend des mesures pour maintenir la paix sociale, soutenir le pouvoir d’achat des citoyens, relancer l’entreprise nationale et faire progresser la gouvernance de la sphère économique ».

Le communiqué passe en revue « certaines approches possibles pour réduire la flambée des prix et maintenir la paix sociale », et déclare que le gouvernement « doit avoir le courage de prendre des mesures strictes pour réduire la flambée des prix, d’autant plus que nous sommes proches du mois sacré du ramadan. »

Partager l'article
-->