Affaire Naciri: "pas de traitement préférentiel" pour 3 détenus à la prison d’Aïn Sbaa

13 janvier 2024 - 13:37

L’administration de la prison locale Aïn Sbaa 1 a affirmé, vendredi, que les allégations sur de prétendus traitements préférentiels accordés à trois détenus « A.B », « S.N » et « M.M » sont dénuées de tout fondement.

Dans une mise au point en réaction aux allégations publiées par des sites électroniques selon lesquelles ces trois détenus, qui sont incarcérés dans la même cellule au sein de cet établissement pénitentiaire, bénéficient d’un traitement préférentiel, l’administration a souligné que les 3 prisonniers sont traités conformément à la loi, condamnant la diffusion sans vérification de ce genre de contre-vérités et mettant en garde contre ces agissements.

La même source a réagi aussi aux allégations selon lesquelles le détenu « A.B » a été transféré il y a une semaine, sous haute surveillance sécuritaire, à l’hôpital externe pour être consulté par un médecin en vue de suivre son état de santé afin qu’il ne mette pas sa vie en danger.

Elle a aussi réagi aux allégations selon lesquelles ce détenu et un autre « S.N » poursuivi dans le cadre de la même affaire ainsi qu’un troisième prisonnier « M.M » poursuivi dans une autre affaire bénéficient d’un traitement préférentiel et que ce dernier avait subi une opération chirurgicale suite à laquelle il a été amputé d’un orteil en raison de complications liées à une maladie chronique.

A cet égard, l’administration de la prison locale Aïn Sbaa 1 a précisé que le détenu « A.B » n’a jamais été transféré à l’hôpital externe et son état de santé est normal, de même que le détenu « M.M » n’a jamais subi une opération chirurgicale, ce qui contredit les allégations mensongères diffusées dans ce sens.

L’administration a ainsi fait savoir qu’elle se réserve le droit de poursuivre les sites et les personnes responsables de la diffusion de telles allégations auprès de l’autorité judiciaire compétente.

Pour rappel, Said Naciri président du WAC, Abdennabi Baioui, président de la Région orientale et 25 personnes, dont certaines occupent des fonctions juridiques ou des responsabilités au sein de collectivités territoriales. sont poursuivie dans une affaire de trafic de drogue internationale qui défraie la chronique politique et judiciaire au Maroc.

 

Partager l'article
-->