Un ministre espagnol exclut une aggravation de la crise avec l'Algérie à la suite du changement de position de Madrid sur le Sahara marocain

21 mars 2022 - 14:00

Malgré la colère algérienne contre l’Espagne suite au changement de sa position sur le conflit du Sahara marocain en déclarant son soutien à la proposition d’autonomie, que l’Algérie a exprimé en retirant son ambassadeur de Madrid et en accusant l’Espagne de mensonge et de trahison, Madrid a minimisé ces accusations, estimant qu’ils ne vont pas aggraver la crise diplomatique avec l’Algérie.

Le ministre espagnol de la Sécurité sociale et de l’Immigration, José Luis Escriva, a exclu que la nouvelle position du gouvernement de son pays sur la proposition d’autonomie compliquerait les relations avec l’Algérie, et a déclaré lundi à l’agence « Europe Press » qu’il n’avait pas cette impression.

Sur la question de savoir si le ministre était au courant à l’avance de la décision prise par le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez et qui l’a annoncée vendredi au roi Mohammed VI, Escriva a indiqué qu’il en était au courant parce la décision avait été travaillée depuis longtemps, réfutant ainsi les propos de toute décision soudaine ou inconsidérée du gouvernement espagnol dans cette affaire.

Alors qu’un certain nombre de groupes au Parlement espagnol sollicitent la présence de Sanchez pour apporter des éclaircissements sur la décision soudaine annoncée par l’Espagne concernant son soutien à la proposition d’autonomie, le ministre espagnol de l’Immigration affirme que c’est le ministre des Affaires étrangères José Manuel Alparis qui présentera un rapport sur cette question devant le Parlement.

Vendredi, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a envoyé un message au roi Mohammed VI, annonçant son soutien à la proposition d’autonomie et  promettant de ne pas agir d’une manière contraire aux valeurs de confiance entre les deux pays,  hier, le retour de l’ambassadrice marocaine Karima Benyaich à Madrid a été annoncé, après qu’elle avait été convoquée pour des consultations et qu’elle s’était absentée du siège de l’ambassade pendant près d’un an.

Partager l'article
-->