La société « Shell » n'est plus la seule qui a haussé les prix du carburant au Maroc

21 mars 2022 - 15:48

Shell n’est plus la seule qui a fait grimper les prix du carburant à des niveaux sans précédent dans l’histoire du Maroc. Le reste des compagnies l’a rejoint deux jours plus tard pour unifier les prix dans toutes les stations.

Mercredi, Shell, l’un des plus grands distributeurs de carburant du pays, a augmenté le prix de l’essence à plus de 14 dirhams le litre. Alors que le prix du gasoil a atteint  12 dirhams le litre.

Cependant, le reste des sociétés de distribution de carburant ne l’ont pas fait. En effet, Africa Gas Company, propriété du chef du gouvernement Aziz Akhannouch, a baissé mercredi le prix de ses produits pétroliers en comparaison avec la première quinzaine du mois de mars. .

Le fait que Shell ait augmenté ses prix sans le reste des entreprises a soulevé un débat sur la question de savoir si cette entreprise s’aventure sur un marché férocement concurrentiel tel que le marché des hydrocarbures au Maroc, où les plaintes concernant la hausse des prix se multiplient. Cependant Shell n’a pas modifié sa nouvelle structure de prix, malgré les critiques.

Vendredi. Les autres sociétés ont décidé d’augmenter leurs prix d’un coup, jusqu’au même niveau de la société Shell.

Pourquoi, alors, les autres entreprises ont mis deux jours supplémentaires pour augmenter leurs prix ?

Rappelons que les compagnies pétrolières modifient leur structure de prix deux fois par mois : une fois au début de chaque mois, et une fois au milieu. Lorsque la date bimensuelle de mars est venue Shell a été laissée seule pour le faire. Une coutume non contraignante a été supprimée cette fois.

Une source bien informée sur la façon dont les sociétés de distribution de carburant opèrent dans le pays affirme que la règle était que toutes les sociétés modifient leur structure de prix en même temps. Cependant, cela suggérait que ces entreprises agissent comme un « cartel » qui s’entend sur les prix, une pratique interdite par la loi.

En fait, ce qui se passait, selon cette source, c’est que les plus importantes sociétés de distribution de carburant suivaient la structure de prix annoncée par Africa Gas.

Cette opération pose un problème pour la réputation du patron de la société Aziz Akhannouch, actuellement Chef du gouvernement, qui apparaîtra aux yeux de l’opinion public, comme « celui qui initie la hausse des prix, alors que son gouvernement revendique des efforts pour les contenir ».

Les règles du jeu ont changé ce mois-ci. Ce n’est plus « Africa Gas » qui initie le changement de prix, mais plutôt une société étrangère sans caractère politique local, laissant les automobilistes occupés à critiquer Shell. C’est la première fois que des critiques liées au prix du carburant sont adressées à une entreprise autre qu’Africa Gas.

Mais le reste des entreprises a-t-il absorbé le choc de la hausse des prix ? Oui, selon des sources travaillant dans le secteur des carburants. D’une part, les pertes d’image se sont atténuées du fait que « Shell » a augmenté ses prix seul au début, et que les médias proches du gouvernement se sont acharné depuis mercredi à rappeler aux gens l’augmentation prochaine des prix du carburant  mais sans en préciser les entreprises concernées, comme s’il s’agissait de toutes les entreprises, alors que la réalité n’était pas comme ça à l’époque, ce qui a aidé à absorber le choc suivant lorsque le reste des entreprises a décidé d’augmenter les prix. »

Les mêmes sources expliquent à Alyaoum24 : »Les gens avaient l’habitude de lire avec colère que les prix du carburant avaient augmenté, mais ils n’ont trouvé que  Shell qui a augmenté les prix, et de manière automatique, le consommateur marocain est devenu convaincu que le reste des entreprises suivraient ». Mais il n’est plus intéressé après que les critiques subit par Shell depuis mercredi dernier n’ont pas permis un changement de la décision. »

Une source précise : « Dans cette histoire, Africa Gas Company est sortie victorieuse, car son propriétaire, le chef du gouvernement, n’a pas été la cible principale des critiques cette fois-ci, dans l’augmentation record du prix du carburant.

Partager l'article
-->