Coronavirus : « Il est possible d'avoir un rebond les prochaines semaines » selon Himdi

15 mars 2022 - 15:15

La vaccination complète incluant la troisième dose booster reste le moyen de protection le plus simple, le plus sûr et le plus efficace pour aborder et accompagner un retour serein à la vie normale, a affirmé, lundi, le médecin chercheur en politiques et systèmes de santé, Tayeb Himdi.

« Les leçons sont évidentes : la vaccination est un rempart de protection individuelle et collective contre les formes graves et les mauvaises surprises », a écrit l’expert dans un article intitulé « le rebond du Covid-19 dans le monde: Au Maroc rester vigilant, vacciné sans inquiétude ».

Mettant en garde contre les risques de contaminations liés aux rassemblements dans des espaces fermés, le chercheur a souligné que « la garde ne devrait pas baisser en adoptant les comportements sains et protecteurs pour toute la population, essentiellement pour les personnes de plus de 60 ans, les maladies chroniques ».

Dans ce sens, M. Himdi a indiqué qu’il est possible d’avoir un rebond les prochaines semaines, « mais dont l’impact restera limité sans changer le cours ni le visage de l’épidémie ».

Par ailleurs, le médecin a précisé que les causes, l’impact et les réponses liés à la hausse des cas diffèrent d’un pays à un autre, soulignant qu’en Europe, le sous variant BA.2 et le relâchement des populations sont derrière cette situation.

Ainsi, les pays européens connaissent des pics de nouveaux cas, mais sans grand impact sur les hôpitaux, grâce à l’immunité acquise par la large vaccination et la forte circulation lors de la dernière vague du variant Omicron, a-t-il expliqué, notant que « malgré cette reprise, les pays continuent leurs processus de retour à la vie normale ».

En ce qui concerne la Chine, où la population est largement vaccinée, « grâce à (ou à cause de) la stratégie Zéro Covid, la réaction des autorités est toujours très forte allant jusqu’au confinement de millions d’habitants à chaque fois qu’il y a détection de nouveaux cas ou de clusters, même si ce rebond n’affecte que faiblement le système de santé ».

Par conséquent, il serait difficile de se maintenir dans cette stratégie, avec un variant aussi transmissible que Omicron, et avec un échappement immunitaire même partiel, a-t-il estimé, notant qu’ « une stratégie de vivre avec le virus finira par s’imposer progressivement dans les semaines à venir ».

Partager l'article
-->