Fouzi Lekjaa revient sur les cas de Diaz et de Yamal

22 mars 2024 - 16:38

Dans une interview avec le célèbre quotidien sportif espagnol Marca, le président de la FRMF Fouzi Lekjaa, évoque les dernières actualités.

Concernant l’organisation  de la Coupe du monde 2030, conjointement avec l’Espagne et le Portugal, le responsable marocain affirme qu’il s’attend à un mondial magique, et Il explique que le dossier maroco-ibérique dispose de deux stades d’exception susceptibles d’accueillir la finale, il répond le nouveau stade de Casablanca (115.000 spectateurs) et le nouveau Bernabéu (85.000). L’un d’entre eux accueillera le match d’ouverture et l’autre la finale. «Nous voulons que ce soit une fête, que ce soit dans l’un ou dans l’autre.

Interrogé sur le cas Brahim Diaz, Lekjaa rappelle que «notre projet est très séduisant: jouer la Coupe d’Afrique 2025 à domicile, la Coupe du Monde 2026 et la Coupe du Monde 2030, également à domicile. Nous leur expliquons comment nous travaillons ici, nos conditions de travail. Nous avons non seulement attiré Brahim, mais aussi Ilias Akhomach, qui a déjà joué pour les U21 espagnols ou encore Yusi, qui joue à Madrid…».

Concernant le cas de Lamine Yamal, le président de la FRMF assure: «Nous lui avons fait part de notre projet, ainsi qu’à sa famille, mais Lamine avait déjà choisi l’Espagne. Nous lui souhaitons bonne chance», «Le plus important, c’est que les Fédérations permettent l’évolution du joueur. Le football est là pour faire progresser la jeunesse, que ce soit en Espagne, au Maroc ou en France», a ajouté Lekjaa.

Au sujet du développement du football féminin au Maroc, et de la contribution du technicien espagnol Jorge Vilda Lekjaa répond: «Nous développons beaucoup le football féminin, et avec Vilda, nous avons franchi une étape de plus. Le chef d’orchestre doit être un leader de classe mondiale et Vilda, vainqueur de la Coupe du Monde avec l’Espagne, l’est. Le football féminin espagnol était pour nous le meilleur modèle à suivre pour progresser davantage. C’est pourquoi, après la libération de Vilda, nous l’avons choisi».

 

Partager l'article
-->