Des enseignants se préparent à siéger devant le ministère de l'Éducation nationale malgré l'accord de Benmoussa avec les syndicats

01 فبراير 2022 - 14:45

La « Coordination nationale des enseignants victimes du gel des promotions » a appelé tous les concernés à participer à un sit-in  devant le ministère de l’Éducation nationale le mercredi 9 février 2022, pour protester contre ce qu’elle a qualifié de « procrastination excessive » de la part des Ministères de l’Economie, et des Finances et  le ministère de l’Education Nationale pour régler la situation de cette catégorie.

De son côté, l’Université nationale des salariés de l’éducation, affiliée à l’Union nationale du travail du Maroc, a manifesté son soutien au sit-in que cette catégorie des employés du secteur de l’éducation s’apprête à organiser la semaine prochaine, et a appelé ses militants à y participer.

Elle a appelé le gouvernement et le ministère de tutelle à accélérer le versement des droits financiers des enseignants  dans les plus brefs délais pour protéger leur stabilité psychologique et sociale, défendant sa position en faveur de ce sit-in, affirmant qu’il s’agit « d’un  dévouement aux préoccupations des employés du secteur, et d’ une croyance dans le droit de manifester pacifiquement, face aux tergiversations et atermoiements dans le versements des droits des hommes et femmes de l’éducation liés à la promotion dans les grades qui a été retardée de près de trois années, en échange d’une accélération du rythme des déductions, et une hausse des prix et d’un gel de l’augmentation des salaires.

Le syndicat s’est inquiétée de ce qu’elle a décrit comme un retard incompréhensible dans le versement des droits  des personnes concernées, et le retard dans l’exécution  des promesses faites précédemment, considérant que la stabilité financière des employés du secteur de l’éducation est un élément essentiel de la réussite du système éducatif en général.

Il y a quelques jours, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement préscolaire et des Sports a signé un accord  avec les cinq syndicats d’enseignants les plus représentés, en présence du chef du gouvernement, excluant le dossier des enseignants contractuel, sur lequel il est revenu cette semaine avec l’organisation d’une séance spéciale de dialogue.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant