Le déficit budgétaire maîtrisé à fin février

26 mars 2024 - 16:12

L’État affiche une maîtrise de son déficit budgétaire à fin février 2024, s’établissant à 9,6 milliards de dirhams (MMDH), en hausse de 1 MMDH par rapport à l’année précédente, selon selon Attijari Global Research (AGR).

À l’origine, une amélioration importante des recettes fiscales indirectes, explique AGR dans son récent rapport « Budget Focus – Fixed income », notant qu’elles contribuent à hauteur de 36% à la reprise des recettes de l’État.

De même, les dépenses ordinaires ont augmenté de 3,2%, soit +1,6 MMDH, et le solde ordinaire ressort à -2,6 MMDH pour la première fois depuis mai 2023.

À la lumière des évolutions budgétaires prévues par la Loi de Finances (LF) 2024 et la poursuite de la stratégie du Trésor orientée vers les financements extérieurs, le Trésor devrait maîtriser son déficit en 2024 à 62 MMDH, soit 4% du PIB.

La dette du Trésor devrait poursuivre sa hausse en 2024, atteignant 1.086 MMDH contre 1.024 MMDH en 2023, estiment les analystes.

Sous l’hypothèse d’une concrétisation totale des tirages extérieurs prévus par la LF-2024 (70 MMDH), la dette intérieure devrait atteindre 771 MMDH en 2024, en hausse de 1,4% par rapport à son niveau à fin 2023, tandis que la dette extérieure devrait augmenter de 19,4%, passant de 264 MMDH en 2023 à 315 MMDH en 2024.

Les recettes de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ont dépassé, quant à elles, les 16 MMDH, soit un TR de 18,7%. Ainsi, les recettes ordinaires se sont améliorées de 16% à 50 MMDH sur la même période.

 

 

Partager l'article
-->