Fouzi Lekjaa : La hausse des prix du carburant a des causes claires, et le gouvernement cherche des solutions avec les opérateurs de transport

17 فبراير 2022 - 14:24

Le gouvernement a annoncé son intention d’ouvrir un dialogue avec les professionnels des transports touchés par la hausse des prix du carburant, après qu’ils aient fait allusion à une augmentation de 20% des prix de leurs services, pour faire face à la hausse des prix au marché mondial.

Dans une conférence de presse qui a suivi le conseil de gouvernement, le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances chargé du budget Fouzi Lekjaa, a indiqué que le baril de pétrole avait atteint son plus haut niveau depuis 2014, s’établissant à 97 dollars.

Lekjaa a expliqué que la hausse des hydrocarbures est due à un ensemble de raisons, notamment la fermeture de plusieurs unités de production, et l’augmentation de la demande après la reprise économique que le monde a connue et les évolutions géopolitiques, ajoutant que le prix en France, par exemple, pour le gasoil a augmenté de 31 % contre 54 % aux États-Unis.

Concernant le Maroc, Lekjaa affirme que la barrière des 10 dirhams pour le carburant a été franchie en novembre 2021, et le prix a augmenté consécutivement, atteignant plus de 10,9 dirhams aujourd’hui.

Concernant les mesures prises par le gouvernement pour faire face à cette augmentation croissante des prix du carburant, Lakjaa a exclu de parler de la taxe imposée, et a déclaré : « La part des impôts dans les pays du monde se situe entre 53 % et 62 %, alors que le Maroc n’impose que 37 pour cent », déclarant qu’il existe des directives du chef du gouvernement pour ouvrir une discussion avec les professionnels  du transport de marchandises et de voyageurs, afin de déterminer les mesures que le gouvernement devrait prendre pour réduire et atténuer l’impact des hausses, surtout si des hausses supplémentaires sont enregistrées, de sorte qu' »il existe un soutien spécifique pour les secteurs touchés, et son objectif principal est d’éviter que les citoyens ne soient affectés par les fluctuations de la production et de la commercialisation de ces produits ».

Les professionnels du transport étaient revenus sur une augmentation qu’ils avaient décidé d’imposer aux moyens de transport, qu’ils avaient fixée à 20 %, en raison de la hausse du prix des carburants.

L’association a lié le gel de sa hausse des prix des transports, à l’existence de pourparlers entre elle et le gouvernement, pour parvenir à une solution des problèmes dans le secteur des transports.

L’association a attribué l’augmentation des prix de ses prestations à la hausse des prix de l’essence qui a dépassé les 10 dirhams le litre.

L’augmentation annoncée par l’association dans un communiqué en début de semaine est la première des professionnels, après la décision gouvernementale, en 2015, sous l’ère d’Abdelilah Benkirane, qui stipulait la libéralisation des prix des carburants.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant