La Conseil supérieur des Comptes : Les services médicaux fonctionnent sans cadre légal, et le surpeuplement est dû à l'absence de triage et de restrictions

15 مارس 2022 - 11:39

Le Conseil Supérieur des Comptes a révélé qu’entre 2010 et 2020, le Maroc a connu la création de 35 nouveaux hôpitaux et l’extension de huit autres établissements sanitaires, d’une manière qui a augmenté la capacité en lits du réseau hospitalier total du Royaume de 3168  lits supplémentaires.

Cependant, cette augmentation du nombre d’hôpitaux, et  du nombre de lits, ne se sont pas traduites par une évolution du nombre de lits opérationnelles, qui n’a augmenté que de 854 lits, passant de 832,21 lits en 2010 à 686,22 lits en 2019.

Dans le même contexte, le nouveau rapport du Conseil supérieur des comptes pour les années 2019-2020 a constaté que l’activité des services d’urgence se limite majoritairement aux consultations médicales.

Le Conseil a souligné qu’une étude statistique des cas qui se rendent aux services d’urgences en 2018, a montré que plus de 45% des cas viennent pour des consultations médicales, car l’accès direct et sans restriction, en plus de l’absence de processus pour identifier les vrais cas d’urgence, encourage ceci,  ce qui crée un surpeuplement, et affecte la qualité des services.

Le Conseil a noté l’absence d’un cadre juridique pour les services  d’urgence, définissant leurs missions et réglementant leurs activités, pointant du doigt le nombre limité de lits alloués aux soins d’urgence et de réanimation dans les établissements hospitaliers pour un certain nombre de régions, malgré l’octroi d’autorisations et de sommes d’argent comprises entre un et deux millions de dirhams à 31 établissements hospitaliers pour réaliser des travaux d’aménagement et d’accompagnement des plateaux techniques pour les services d’urgences dans le cadre du plan d’action 2012-2016.

Le Conseil a recommandé au ministère de la Santé et de la Protection sociale de créer un cadre juridique pour les services d’urgences médicales, précisant leurs tâches, activités et méthodes de travail, et de doter les services d’urgences des ressources humaines, techniques et informatiques  nécessaires.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant