La sécurité alimentaire est menacée dans le monde en raison de l'épuisement des réserves de carburant

27 مارس 2022 - 16:20

Des voix  s’élèvent, avertissant de l’épuisement des approvisionnements en carburant, qui menace la saison agricole en Ukraine en raison de l’invasion de l’Ukraine  par la Russie, qui menace la sécurité alimentaire de dizaines de millions de personnes dans le monde.

Dans les champs de la région ukrainienne de Bahati, les graines de tournesol sont semées, le pays représentant la moitié de son commerce mondial.

La zone située dans le sud-ouest de l’Ukraine, près de la frontière roumaine, comprend  des zones agricoles appartenant à Alexander Petkov, et une grande partie des cultures que l’on espère récolter à l’avenir.

« La saison commence ici, dans des zones non touchées par la guerre, contrairement à Mykolaev ou Kherson, qui ne pourront pas contribuer comme d’habitude », a déclaré Petkov, 47 ans, un grand agriculteur de la région.

Mykolaev et Kherson, deux villes situées à l’est du pays, la première subit quotidiennement des bombardements russes, et la seconde, les Ukrainiens affirment avoir lancé une contre-attaque pour la récupérer.

Petkov dit que l’année dernière, il a produit 30 000 tonnes d’orge, 27 000 tonnes de blé et 5 500 tonnes de tournesol.

Malheureusement, dit-il, les graines noires de blé et de tournesol s’entassent dans ses grands entrepôts. Le manque de débouchés disponibles a empêché l’écoulement de ses dernières récoltes et les quantités de carburant nécessaires à la saison des semis risquent de s’épuiser rapidement. « Tous les ports sont fermés en raison du déploiement des navires de guerre russes en mer Noire », a déclaré Petkov.

Le gouvernement ukrainien a indiqué la possibilité d’exporter via le port roumain de Constanta, mais aucun progrès tangible n’a été enregistré à cet égard, selon Petkov: « Nous utilisons actuellement ce qui nous reste des quantités de carburant d’avant-guerre », notant qu’il n’y a pas de nouveaux approvisionnements, et il dit: « Nous risquons de manquer de carburant » dans les trois à cinq jours.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a confirmé dans un rapport publié vendredi que l’Ukraine « dépend fortement du carburant importé et importe environ 70% de ses besoins en essence et en carburant diesel de Russie et de Biélorussie », un allié de Moscou.

La FAO a parlé d’un « goulot d’étranglement » concernant les semis au printemps « lorsque cela est possible en raison de la guerre et en raison du manque de carburant, notant qu’un recensement gouvernemental qui  comprenait 1 300 grandes entreprises opérant dans le secteur de l’agriculture, a montré que seulement 20 pour cent d’entre eux disposaient d’un stock de carburant suffisant pour planter des graines, l’organisation a également mis en garde contre une pénurie de pesticides et d’engrais.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant