Le Conseil de la concurrence expose la compétitivité des compagnies de l'huile de table : trois compagnies se partagent 95 % du marché

29 ديسمبر 2021 - 19:03

Le Conseil de la concurrence a estimé, dans un nouvel avis qu’il a préparé sur le thème : « Dans quelle mesure les producteurs et importateurs d’huiles de table au Maroc respectent les règles de la concurrence », que « le marché de la production d’huiles de table se caractérise par un niveau élevé de concentration et par le monopole d’une minorité d’entreprises sur le secteur.

Dans l’avis préparé à la demande de la Chambre des représentants et publié aujourd’hui, le Conseil a expliqué que « la structure du marché des huiles de table au Maroc connaît un niveau de concentration élevé, la société leader Lesieur Cristal y occupant entre 45% et 50 % de la part de marché totale. »

L’avis du Conseil a ajouté : « La part de marché cumulée de Lesieur Cristal et Bssous Belhassen Oil Factories Company est de 80 % du chiffre d’affaires total du marché, et la part cumulée des trois premières sociétés, à savoir Lesieur Cristal, Bssous Belhassen Oil Factories et Savola, est de 95%. » .

D’autre part, l’étude ajoute : « La structure du marché des huiles de table au Maroc est restée stable et n’a pas connu de changement significatif au cours des cinq dernières années, car les parts des entreprises produisant des huiles de table sont restées relativement stables entre Cristal et Bsous Belhassen Oil Factories », indique l’avis du conseil.

En conséquence, la dynamique d’innovation et de concurrence au sein du marché des huiles de table au niveau national reste faible, ajoute la source, « puisqu’au cours des cinq dernières années, quatre nouvelles marques ont été introduites à un rythme inférieur à une marque par an, tandis que quatre marques ont été retirés du marché, ce qui signifie que le nombre de marques présentes sur le marché est resté stable.

Le conseil a considéré que le marché des huiles de table au Maroc est un « marché minoritaire qui ne permet pas le développement de la concurrence », et a estimé que « la maturité du marché des huiles de table et la stabilité de la demande , en plus à la présence d’obstacles à l’accès à ce dernier, sont autant de facteurs qui limitent l’entrée de nouveaux acteurs qui peuvent modifier sa structure.

Il a ajouté : « Les expériences mondiales dans le domaine de la concurrence et les études empiriques liées au sujet montrent que l’état actuel de la concurrence sur le marché des huiles de table peut pousser les sociétés productrices à se coordonner entre elles, ce qui entraverait le progrès concurrentiel de ce marché. »

Ce qui augmente la possibilité qu’une coordination se produise entre les entreprises actives sur ce marché, selon l’avis du Conseil de la concurrence, « est le niveau élevé de concentration dans le secteur et le développement parallèle des parts de marché des entreprises concurrentes au cours des cinq dernières années.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant