Le Conseil supérieur de l'éducation et de la formation s'oppose à l'augmentation des années d'études en liscence à quatre ans

26 ديسمبر 2021 - 11:22

Le Conseil supérieur de l’éducation et de la formation a recommandé, dans un avis , sur le système du baccalauréat, sur demande du Premier ministre Aziz Akhannouch, de revoir la durée des études au premier cycle de l’enseignement universitaire, tel que stipulé dans le projet de décret du baccalauréat, qui l’a porté de trois à quatre ans.

Dans son avis, le conseil a déclaré : « Cette prolongation, qui s’est traduite par un temps supplémentaire consacrée exclusivement à l’enseignement de compétences générales et permet d’acquérir certaines connaissances de bases sur différents domaines, soulève des questions sur son efficacité pour élever le niveau d’acquisition des connaissances et des compétences, la qualité de l’enseignement dans ce domaine et l’étendue de son impact sur la rentabilité interne et externe du système.

L’avis recommandait, de reconsidérer la prolongation de la période d’études en premier cycle à l’université, en soulignant que « reconsidérant la durée d’études en premier cycle de l’enseignement supérieur, il faut s’appuyer sur une vision intégrée et investir les références des diplômés. cahier des charges, et étudier les coûts financiers et organisationnels, pour aboutir pour aboutir à un modèle d’organisation qui correspond aux objectifs d’amélioration de la qualité, en lien avec des indicateurs d’efficacité du système d’enseignement supérieur.

Le Conseil a estimé que « le transfert de certaines déficiences de l’enseignement scolaire vers l’enseignement supérieur, notamment en ce qui concerne les compétences linguistiques et certaines connaissances de base, constituent l’une des difficultés les plus importantes pour atteindre les objectifs de la réforme pédagogique dans l’enseignement supérieur.

Le Conseil a considéré que le démarrage de la réforme du cycle de la licence ne peut se faire sans inclure les résultats des réformes dans le secondaire, dans le cadre d’un processus pédagogique harmonieux, car il s’agit d’un processus continu reposant sur un système d’orientation solide et progressif.

Alors que le mémorandum de soumission du décret susmentionné prévoyait la création d’un baccalauréat dans toutes les institutions universitaires, qu’elles soient à accès ouvert ou limité, le Conseil a considéré : « Ce changement, qui inclut également les institutions à accès limité, qui ont leurs propres cycles, soulève des questions sur les raisons de cette expansion ; Le projet de décret n’a pas fourni de raisons claires expliquant l’objectif d’établir ce cycle dans ce type d’établissements qui ne sont pas concernés par la licence de base et qui ne connaissent pas de faiblesse dans leurs rendements.

Ainsi, le Conseil a recommandé de définir les raisons, les justifications et les objectifs qui fondent cette modification, dans la structuration de ce type d’institution.
Le conseil a également recommandé l’inclusion d’exigences organisationnelles, d’une part, qui définissent l’interdépendance et l’intégration des fils de l’enseignement supérieur, et d’autre part, réglementant la phase de transition entre la liscence et le nouveau cycle qui la remplacera, en définir le délai qui sera retenu pour la généralisation de la réforme, et les conditions de transfert des acquis pour les étudiants désireux de modifier leur parcours académique, et les conditions nécessaires à une transition complète vers le nouveau système.

En ce qui concerne la compatibilité des parcours de licence avec les besoins et exigences de la vie professionnelle, le conseil a recommandé l’inclusion d’exigences organisationnelles qui définissent une structure pour les cycles et les certificats nationaux qui incluent clairement les déterminants et les contrôles permettant d’assurer la conformité des spécifications de la formation des diplômés du système avec les exigences du marché du travail, répondant aux besoins du développement du pays, et invoquent le principe de compatibilité continue entre les formations et les transformations économiques et sociales pour le pays.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant