Le Cours des comptes recommande d'augmenter les prix de l'eau, mais l'Office national est réticent

14 مارس 2022 - 12:57

La cours des comptes a recommandé « une révision de la tarification de l’eau et de l’assainissement, de manière à permettre l’application progressive d’une tarification plus juste permettant le financement des infrastructures, ainsi qu’à assurer l’équilibre financier des Institutions, en tenant compte des catégories vulnérables.

Dans son rapport pour les années 2019 et 2020, qu’il a récemment remis au Roi, la cours des comptes  a évoqué « le faible impact financier des révisions tarifaires de l’eau potable au niveau de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable.

Le rapport ajoute : « Les révisions appliquées au tarif de l’eau potable depuis 1990 ont connu  une courbe descendante. Après la stagnation qu’il a connue depuis 2006, le contrat programme conclu entre l’Etat et l’office – secteur de l’eau, a introduit quelques aménagements pour la tarification de l’eau potable et de l’assainissement.

Le Conseil a poursuivi : « Cependant, à l’exception des augmentations en 2014 et 2015, les révisions tarifaires n’ont pas été mises en œuvre en 2016 (augmentation de 6 %) et 2017 (augmentation de 6 %), ce qui a entraîné une perte des bénéfices attendus pour le bureau. – secteur de l’eau, que ce dernier estime à 210 millions de dirhams en 2016 et 350 millions de dirhams en 2017.

Le système tarifaire appliqué à la consommation du segment social reste insoutenable, précise la Cours des comptes, « car il ne contribue même pas à couvrir le prix d’acquisition de l’eau à la production ».

Dans sa réponse à la recommandation de la cours des Comptes, le Directeur Général de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable a indiqué qu’il faut « tenir compte de la capacité et de la volonté de payer chez les consommateurs »

Le Directeur général ajoute, dans sa réponse : « Si le coût du service n’a pas été couvert par le tarif, il est souhaitable d’inclure des mécanismes pour éviter le déficit, par des investissements et des subventions, ainsi que l’inclusion d’un fonds supplémentaire pour éviter le déficit d’activité.

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a déclaré, à propos de la recommandation en matière tarifaire relative à une révision de la tarification de l’eau, « Cet atelier qui rentre  dans le cadre de la réforme du secteur de la distribution de l’électricité, et de l’eau potable et de sa désinfection peut être envisagé  en coordination avec les acteurs concernés. »

Laftit a ajouté dans sa réponse aux recommandations de la cours des Comptes, « Il est possible d’y penser après l’achèvement de la mise en place des sociétés régionales multiservices, qui sont actuellement mis en place dans le cadre de cette réforme. »

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant