Le gouvernement nie tout impact de la crise russo-ukrainienne sur les importations de céréales du Maroc

10 مارس 2022 - 15:46

Le porte-parole du gouvernement Mustapha Baïtas, a nié tout impact de la crise russo-ukrainienne sur les importations de céréales du Maroc et a déclaré lors d’une conférence de presse qui a suivi la réunion hebdomadaire du gouvernement : « En ce qui concerne les relations économiques et commerciales de notre pays avec l’Ukraine et la Russie, il n’y aura pas d’impact sur le niveau des importations de notre pays mais les prix vont augmenter. »

Il a ajouté : « En ce qui concerne les importations de blé tendre et d’orge, la Russie et l’Ukraine sont respectivement les deuxième et troisième fournisseurs de blé tendre du Maroc après la France, et leurs parts sont respectivement de 25 % pour la Russie et de 11 % pour l’Ukraine. »

Avant d’ajouter : « L’importation potentielle de blé tendre d’Ukraine a été fixée à 25%, soit 8,7 millions de  quintaux, avant la crise, nous avions importer  5,6 millions de quintaux. Il reste environ 3 millions de quintaux. Nous pouvons facilement les acheter dans n’importe quelle autre région, y compris l’Europe. »

Quant à la Russie, les attentes d’importation de blé tendre, affirme Baitas, « ont connu une baisse significative, considérant que leur production était faible », ajoutant : « Pour l’orge, les importations du Maroc en provenance d’Ukraine représentent 13% en moyenne sur les cinq dernières années, 18 % pour la saison en cours, contre 3 % pour la saison en cours pour la Russie.

Le responsable gouvernemental a précisé que « la quantité probable d’orge à importer de Russie a été fixée à 0,6 million de quintaux, dont 0,5 million de quintaux ont été acquis par notre pays, et le reste est d’environ 0,17 million de quintaux, qui peuvent être importés de l’Union européenne ou de France.» Enfin, pour le blé tendre, il n’est pas importé  ni de Russie ni d’Ukraine.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant