Le Maroc évite la politique du "siège vide" dans la préparation du sommet arabe, malgré ses divergences avec l'Algérie

10 فبراير 2022 - 20:33

Face à l’insistance de l’Algérie pour organiser le prochain sommet arabe, et  malgré le fait que sa date n’a pas encore été fixée, et au milieu des efforts du voisin  pour imposer un agenda spécial à cette événement arabe, le Maroc participe à la préparation du sommet, en essayant d’éviter les doubles mesures et de respecter la souveraineté des régimes arabes ».

Le Conseil économique et social, en sa session ordinaire, tiendra sa réunion ministérielle au siège du Secrétariat général, jeudi, sous la conduite de Nevin Gamea, Ministre du commerce et de l’industrie de la République arabe d’Égypte, en présence du Secrétaire- général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, et la participation des ministres arabes concernés par le Conseil économique et social.

Les réunions de cette session, selon la Ligue des États arabes, aborderont un certain nombre de sujets importants, parmi lesquels : le dossier économique et social soumis au Sommet arabe lors de sa prochaine session (31) en République populaire démocratique de l’Algérie, ainsi que le suivi de la mise en œuvre des décisions du Sommet arabe du développement économique et social en sa quatrième session, qui s’est tenu en République libanaise début 2019, et la préparation du sommet du développement en sa cinquième session qui se tiendra en République islamique de Mauritanie en 2023, en plus d’un certain nombre d’autres questions économiques, sociales et relatif au développement.

L’ambassade du Maroc au Caire a indiqué que le Maroc participe à cette réunion en présence de son ambassadeur au Caire, Ahmed Al-Tazi, ajoutant : « La délégation marocaine a joué un rôle actif dans la préservation  des particularités du conseil en étant soucieuse d’éviter les doubles mesures et respecter la souveraineté des régimes arabes », décrivant les discussions lors de cette réunion. , de  « pragmatique et objectif. »

L’Algérie, a voulu organiser le sommet arabe, en mars prochain, car elle accordait à cet événement un intérêt officiel, et le président Abdelmadjid Tebboune a fait beaucoup de déclaration à son sujet,  et le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra s’est mobilisé pour son organisation.

Le secrétaire général adjoint de la Ligue des États arabes, Hossam Zaki, a annoncé, il y a une semaine, que le 31e sommet arabe prévu en Algérie n’aura pas lieu avant le mois de Ramadan, qui aura lieu en avril prochain.

Zaki a déclaré lors d’une conférence de presse dans la capitale Alger, après la visite d’une délégation de la Ligue arabe pour connaître les modalités du sommet, concernant la date du sommet, « qu’elle n’a pas encore été déterminée, et qu’elle est soumise aux consultations qui ont lieu entre l’Algérie et le Secrétaire général de la Ligue arabe, pour trouver la date la plus appropriée. « Toutes les parties doivent assurer la participation du plus grand nombre possible de dirigeants arabes.

Il a ajouté : « Il est certain que le sommet n’aura pas lieu avant le mois de Ramadan, en avril prochain. » Il a ajouté que la date du sommet sera annoncée lors de la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères, prévue au Caire le 9 mars prochain.

Malgré les circonstances relatives à la vague de la pandémie de Corona,  l’Algérie, a cherché à accueillir le sommet arabe pour l’année 2022, après que le sommet, qui devait être organisé l’année dernière, a été annulé en raison de la situation épidémiologique, au milieu des craintes algériennes d’une baisse de la représentation des pays arabes dans ce sommet.

En plus, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, s’est rendu dans plusieurs pays arabes pour tenter de convaincre les dirigeants arabes de la nécessité d’augmenter leur représentation à ce sommet, et la polémique existe toujours sur son ordre du jour et les dossiers qui y seront débattus.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant