Le ministre de la Santé sous-estime la valeur des contributions des médecins du secteur privé à la couverture sociale

25 أبريل 2022 - 13:04

Après que les médecins du secteur privé aient précédemment protesté contre le taux de cotisation lié à la couverture sociale, qu’ils jugeaient élevé, le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb a déclaré, aujourd’hui lundi, que « concernant les critères qui ont été retenus pour déterminer la valeur des cotisations sociales, reposent essentiellement sur la solidarité pour construire une société où règne la justice sociale.

Dans sa réponse à une question orale à la Chambre des représentants, Ait Taleb a déclaré que les médecins spécialistes du secteur privé ne paieront que 990 dirhams, et les médecins généralistes du secteur privé paieront 721 dirhams, ajoutant : « Quand le Marocain entendra ces nombres, il dira qu’ils ne représentent rien. »

Le responsable gouvernemental a expliqué que la détermination du revenu forfaitaire pour chaque catégorie était effectuée dans le cadre d’une commission mixte composée de l’autorité gouvernementale en charge de la santé, l’autorité gouvernementale en charge de l’emploi, l’Agence nationale d’assurance maladie, la CNSS et les acteurs sociaux concernés, indiquant qu’il a été convenu de définir l’organe de communication  pour Fournir à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale les informations nécessaires et déterminer le revenu pour chaque catégorie.

Concernant les médecins, le ministre a expliqué que les tarifs de cotisation étaient déterminés en présence de la Commission Nationale des médecins,  pour la catégorie des médecins spécialistes, le revenu forfaitaire  applicable aux médecins généralistes et médecins spécialistes était déterminé sur la base du salaire de la fonction publique, dans les honoraires de l’échelle supérieure.

Le ministre a précisé que « le revenu forfaitaire d’un médecin spécialiste était déterminé à 5,5 fois la valeur résultant de la multiplication du salaire minimum légal pour les activités non agricoles, tandis que le revenu forfaitaire d’un médecin généraliste était déterminé à 4 fois la valeur résultante » de  la multiplication du salaire minimum légal dans les activités non agricoles.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant