Le ministre de l'Agriculture : Nous sommes très inquiets et nous attendons à la pire production agricole depuis des décennies

10 فبراير 2022 - 12:31

Cette année, le Maroc fait face à l’une des saisons les plus sèches, comme la plupart des pays de la région nord-africaine, alors que le gouvernement craint que la situation ne donne l’une des pires saisons agricoles au Maroc.

Le ministre de l’Agriculture Mohammed Sadiki, a déclaré à  l’agence de presse américaine Bloomberg qu’il était « gravement préoccupé » par la sécheresse et a prédit la pire production agricole au Maroc depuis des décennies.

De son côté, Rachid Benali, président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural, qualifie la situation du pays de « particulièrement compliquée et inédite », évoquant les tentatives qui ont commencé pour économiser le maximum d’eau.

Benali a expliqué que le Maroc est confronté à une grave sécheresse tous les deux à trois ans, contre tous les sept à dix ans dans les années 1990, en raison des changements climatiques.

 Concernant les attentes des agriculteurs vis-à-vis des autorités dans ces circonstances, surtout le soutien de l’alimentation animale pour compenser le manque pâturages secs et les prix mondiaux élevés des céréales.

Le Maroc fait actuellement face à plusieurs risques dus au manque d’irrigation et d’eau potable, compte tenu des saisons de sécheresse successives et de la baisse des taux de pluie, la région de Casablanca-Settat a enregistré un recul de plus de 19 points par rapport à la même période l’an dernier.

Le taux de de recul  des ressources en eau a atteint 59%, et le taux de remplissage des barrages a jusqu’à présent diminué de 34%, ce qui sonne l’alerte, conformément à la vision qui parlait d’une baisse importante en 2050.

Dans le cadre des mesures prises par le gouvernement pour faire face aux risques futurs, un programme national d’approvisionnement en eau potable et en eau d’irrigation a été préparé pour la période 2020-2027, d’un coût total de 115 milliards de dirhams, en concertation entre les différents secteurs gouvernementaux et les institutions publiques impliquées dans le secteur de l’eau.

En plus, l’accent est mis sur la réutilisation des eaux usées traitées. Un programme national intégré de désinfection liquide en milieu urbain et rural et de réutilisation des eaux usées traitées a été adopté, qui vise à poursuivre la mise en œuvre des projets de désinfection liquide au profit de 128 villes et centres urbains, et équiper 1 207 centres ruraux avec les réseaux d’égouts, en plus de réutiliser les eaux usées traitées pour irriguer les espaces verts.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant