Le ministre des transports : un projet de décret est prêt pour la couverture santé des chauffeurs professionnels

07 مارس 2022 - 16:37

Le ministre des Transports et de la Logistique Mohammed Abdeljalil a annoncé qu’un consensus a été trouvé entre le gouvernement et les syndicats sur la manière dont les chauffeurs  professionnels peuvent bénéficier de la couverture sociale, notant qu’un projet de décret a été préparé sur le sujet qui sera présenté  bientôt au gouvernement.

Le gouvernement tente de contenir les répercussions de la grève des chauffeurs professionnels, à partir de lundi, et qui se poursuivra pendant trois jours en raison de la hausse du prix du carburant.

Dans une allocution prononcée lors d’une réunion de la Commission de l’intérieur, des Collectivités et des Infrastructures à la Chambre des Conseillers, lundi, sur le thème : « Secteur du transport des voyageurs et des touristes », le ministre a indiqué que le gouvernement avait créé un ministère chargé du secteur des transports. , ce qui confirme l’importance qu’il a décidé de donner à ce secteur au niveau national, En plus de la nécessité de cristalliser une vision nouvelle et innovante visant à réformer le système de transport, et à faire évoluer ses acteurs vers plus de professionnalisme, de compétitivité et de qualité le ministre a ajouté que le nouveau système a été mis en place par le ministère qui tient compte des particularités de chaque mode de transport, en nommant des unités administratives concernées par le transport routier de marchandises, le transport routier de personnes et autres pour les études et la revitalisation du secteur du transport routier, soulignant que l’objectif de ce nouveau système réside dans le renforcement de la bonne gouvernance dans le secteur, et le suivi continu des différents enjeux et problèmes, notamment les plus immédiats.

Selon le ministre, le ministère a pris l’initiative d’inviter les professionnels à des consultations approfondies et constructives avec toutes les représentations professionnelles du secteur, dans le cadre de la méthodologie utilisée afin d’élaborer une nouvelle vision pour la modernisation du secteur du transport routier et la réhabilitation des entreprises qui y opèrent.

En décembre 2021, plus de 10 rencontres avec les professionnels ont été organisées, « dans une atmosphère de confiance mutuelle, et au cours desquelles un accord et un engagement ont été pris sur une méthodologie de travail dans un cadre institutionnel caractérisé par un esprit de responsabilité et de partenariat ».

Dans ce contexte, le ministre a enregistré que cette méthodologie s’est résumée à la tenue d’une deuxième série de réunions dirigées par le secrétaire général du ministère au cours du mois de janvier. Puis, à partir de février 2022, organiser des ateliers techniques conjoints entre la Direction des Transports Routiers et l’Agence Nationale de Sécurité Routière et les professionnels pour étudier les sujets identifiés parmi les priorités qui formeront le programme de travail conjoint entre le Ministère et les représentations professionnelles au cours de l’année 2022 .

Il  a souligné que tous les professionnels  ont exprimé leur satisfaction de l’ouverture du ministère à poursuivre le dialogue dans un cadre participatif, et à faire face aux différents obstacles qui entravent le développement du secteur. Les professionnels se sont également engagés à travailler avec le ministère afin de surmonter ces difficultés.

Il a déclaré qu’à la lumière des diverses contraintes économiques et sociales auxquelles le Maroc est confronté en raison des répercussions continues de la pandémie du virus Corona, qui coïncide avec le retard et le déficit notables des précipitations, et les fluctuations rapides des prix sur les marchés internationaux, le ministère a tenu une série exceptionnelle de rencontres avec les représentations professionnelles du secteur des transports au Maroc au cours des deux dernières semaines, notamment celles affiliées à la Confédération Générale des Entreprises du Maroc, notamment celles affiliées à la Confédération Générale de l’Entreprise et des Métiers, et d’autres associations professionnelles locales, ainsi que les syndicats de salariés du secteur.

Il a souligné qu’au cours de ces réunions, il avait été convenu de se concentrer sur les priorités associées à la formulation d’une vision globale pour résoudre le problème des véhicules similaires avec un tonnage brut différent ; déterminer les conditions d’accès aux professions du transport de marchandises ; travailler à l’élaboration du tarif de référence pour les prix du transport routier de marchandises ; Étudier le sujet de la comparaison des prix du carburant et des coûts de transport des marchandises ; Et travailler sur la réparation et la numérisation du manifeste d’expédition.

La continuité d’un dialogue constructif a également été soulignée en continuant à convoquer des comités techniques thématiques aux dates prévues afin de résoudre les problèmes et autres points de discussion, dans l’horizon de développer une vision globale et claire pour l’avancement du secteur des transports dans notre pays.

D’autre part, le ministre a mentionné que 250 millions de dirhams du budget de l’Agence nationale de la sécurité routière en 2022 ont été alloués au profit du programme de craquage et de rénovation de la grange.

La poursuite du programme de formation des chauffeurs professionnels s’élève à  un coût de 100 millions de dirhams du budget de l’Agence nationale de la sécurité routière pour l’année 2022, ainsi que pour la poursuite des procédures de simplification des démarches Concernant le certificat d’immatriculation des véhicules, avant la fin de ce mois de mars, il sera possible d’échanger et d’extraire l’équivalent de ces certificats via « Barid Bank  » et « Barid Cash ».

La numérisation des plaintes et des recours liés aux violations du code de la route via des radars fixes sera complète  avant la fin de l’année en cours, un autre service lié à la passation de la propriété des véhicules sera ajouté à travers les institutions « Barid Bank » et « Barid Cash », et cinq sessions de la commission des transports ont eu lieu, de sorte que 74 dossiers liés au transport de passagers ont été traitées, en plus de commencer à partir de ce mois de mars à activer un système d’information permettant le renouvellement de la carte verte.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant