Le Premier ministre espagnol défend l'autonomie au Sahara "sans renoncer à l'aide humanitaire au Polisario"

30 مارس 2022 - 14:10

Mercredi, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a continué de défendre la décision de son gouvernement de soutenir la proposition d’autonomie proposée par le Maroc pour résoudre le conflit du Sahara.

Aujourd’hui, mercredi, le Premier ministre Pedro Sanchez a assisté au Parlement espagnol, une semaine après que l’opposition a exigé sa présence, alors qu’elle appelait à une session plénière après la récente décision espagnole sur le Sahara.

Sanchez a souligné, selon l’agence de presse espagnole Efe, qu’il existe une « opportunité » pour résoudre le conflit au Sahara marocain, et que la position en faveur du plan d’autonomie n’est qu' »une étape de plus pour résoudre ce conflit ».

Dans le même temps, il a appelé l’opposition à « évaluer la complexité du processus et à le soutenir. » Sanchez a ajouté qu’il « ne sous-estime pas l’importance de la décision qui a été prise de plein gré, et qui vise à faire un pas en avant  dans une question qu’il a décrite comme « extrêmement complexe », s’adressant à l’opposition en disant « Ce que je demande, c’est que vous compreniez cette complexité. »

Il a souligné que « l’Espagne avait déjà accepté le plan d’autonomie en 2007 lorsque les autorités marocaines l’ont présenté à Rodriguez Zapatero », et en 2012 et 2015, ajoute Sanchez, « l’Espagne avait accueilli favorablement le plan d’autonomie dans le gouvernement de Mariano Rajoy ». En plus il a rappelé « les efforts sérieux et crédibles du Maroc ».

Défendant l’autonomie proposée par le Maroc pour résoudre la crise du Sahara, le Premier ministre espagnol a poursuivi : « Nous sommes face à une opportunité unique de résoudre le conflit enlisé depuis 46 ans », notant que la position de l’Espagne « est conforme à la position de nos partenaires européens », rappelant la position de pays comme la France et l’Allemagne, ainsi que  les États-Unis.

Concernant le Polisario, Sanchez a déclaré : « Nous ne les abandonnerons pas, et l’Espagne continuera à leur fournir une aide humanitaire, mais il est temps d’entamer une nouvelle phase de dialogue car il y a déjà de nombreuses générations de Sahraouis qui ont souffert du conflit.  »

D’autre part, Coca Gamara, porte-parole du Parti populaire (d’opposition) au Parlement espagnol, a critiqué Pedro Sanchez, affirmant qu’il a rejoint  le Maroc sur la question du Sahara », ce qu’elle a considéré comme une rupture du consensus existant dans la politique espagnole. »

Mercredi dernier, le Premier ministre Pedro Sanchez est arrivé à Ceuta et Melilla, après avoir annoncé le début d’une nouvelle phase dans les relations avec le Maroc, après avoir changé la position du gouvernement sur le Sahara marocain.

Sanchez avait envoyé une lettre au roi Mohammed VI, annonçant son soutien à la proposition d’autonomie en s’engageant à ne pas agir d’une manière contraire aux valeurs de confiance entre les deux pays, un message que le Maroc a salué et considéré comme un point approprié  pour  lancer un nouveau départ dans les relations de coopération entre les deux pays.

Il est prévu que José Manuel Alparis, ministre espagnol des Affaires étrangères, se rendra au Maroc le 1er avril.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant