Les autorités marocaines subissent des critiques après le renvoi de centaines de migrants près de Melilla vers des villes du sud du pays

09 مارس 2022 - 15:20

L’Association marocaine des droits de l’homme à Nador a critiqué, l’expulsion par les autorités marocaines de centaines de migrants irréguliers qui tentaient de traverser vers l’enclave occupée de Melilla.

Mardi, les autorités de Melilla ont signalé qu’un millier de migrants avaient tenté en vain d’entrer à Melilla, quelques jours après la plus grande tentative du genre. Un total de 871 migrants ont réussi à entrer à Melilla mercredi et jeudi, contre 1092 durant toute l’année 2021.

Omar Naji, membre de l’Association marocaine des droits de l’homme, à Nador, a déclaré à Alyaoum 24, que le Maroc joue toujours le rôle de « gendarme » près de la frontière qui le sépare de l’Espagne.

L’interlocuteur a critiqué la mobilisation des bus dans le but de renvoyer des centaines de migrants irréguliers en provenance du Maroc  d’Afrique subsaharienne, ainsi que du Soudan, vers les villes du sud marocain.

Il a souligné que ces migrants sont des demandeurs d’asile, mais que les autorités espagnoles ne leur ont pas permis de déposer des demandes d’asile à leur entrée à Melilla, où ils ont été arrêtés, expulsés puis remis aux autorités marocaines, qui les ont à leur tour expulsés vers le Sud.

Il a attiré l’attention sur le fait que l’association surveillait également la détention de ces immigrés au centre Arkman, avant leur expulsion vers le sud, affirmant que cette procédure, est « illégale et hors de tout contrôle judiciaire ».

Il a expliqué que cette situation comprenait également des migrants qui ont pu traverser à Melilla, mais les autorités espagnoles les ont expulsés vers le Maroc, dans une violation flagrante de la loi.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant