Les propriétaires de transports touristiques reçoivent des promesses de reporter le remboursement de la dette jusqu'à la fin de l'année

10 مارس 2022 - 13:08

Les propriétaires de transports touristiques ont obtenu la promesse de 5 sociétés de financement de mettre en œuvre le report du remboursement de la dette jusqu’à fin 2022. Les cinq sociétés ont confirmé que cette décision a été prise  grâce  à l’intervention du ministre du Tourisme et de l’Artisanat.

La Fédération Nationale des Transports Touristiques a reçu l’approbation finale du Ministère des Transports et de la Logistique sur un ensemble de demandes qu’elle avait soumises, concernant le cahier de charge des transports touristiques, et a également reçu la promesse d’annoncer officiellement les  modifications  des charges, et de revenir à la condition de 5 ans d’ancienneté pour l’utilisation des véhicules dans le secteur des transports touristiques, pour la première fois au lieu de deux ans, et la suspension de la précédente décision du Ministère, qui fixait des conditions non remplies par les véhicules sur le marché marocain.

Le ministère  des Transports a également promis,  d’ajouter deux ans à l’âge des véhicules utilisés dans le secteur du transport touristique pour passer à 12 ans au lieu de 10 ans, et de ne pas compter les deux années d’arrêt en raison de la pandémie pour les véhicules entrés en service avant l’année 2019.

Il est prévu qu’une réunion se tienne prochainement entre le Ministère des Transports et de la Logistique et la Fédération Nationale des Transports Touristiques pour poursuivre les discussions sur les autres revendications, alors que le secteur des transports touristiques a obtenu un ensemble d’agréments et de promesses  dans les zones touristiques de Marrakech.

En réponse aux revendications obtenues, la Fédération Nationale des Transports Touristiques au Maroc a annoncé la suspension du sit-in ouvert pour permettre une accélération du rythme du dialogue, et de prendre davantage de décisions, visant à sauver le secteur de la crise.

Les propriétaires de transports touristiques ont enregistré que le ministère des Finances continuait d’ignorer les demandes des professionnels, et n’a pas répondu aux nombreuses correspondances afin de tenir une réunion pour étudier la crise du secteur, en plus de l’absence de réponse aux demandes permettant au secteur du transport touristique d’obtenir une exonération fiscale, appropriée pour ne pas avoir travailler depuis plus de deux ans, exprimant la surprise sur le fait que  le secteur paiera la taxe  pour les années 2020, 2021 et 2022 sur tous les véhicules, y compris ceux qui n’ont jamais été utilisé  en période de pandémie.

la Fédération Nationale des Transports Touristiques au Maroc, a appelé le gouvernement à émettre une décision officielle sous la forme d’un décret ou d’une loi, ou la forme qu’il juge appropriée, à condition qu’elle soit contraignante pour les banques et les sociétés financières, et une référence devant le pouvoir judiciaire en en cas de suivi judiciaire du non-paiement des dettes pour la période concernée par la décision, et a appelé le gouvernement à divulguer Les conditions que doivent remplir les bénéficiaires du sursis et la manière de l’obtenir, afin de fermer la porte aux tentatives de contourner la décision gouvernementale.

Les manifestants ont dénoncé la tentative de certains organismes de financement de profiter de la situation des compagnies  de transport touristique, et d’imposer leurs conditions non encadrées par un texte de loi afin de profiter du report de remboursement de la dette, dont le gouvernement a annoncé prendre en charge les intérêts qui en découlent.

Le communiqué a mis en garde les sociétés financières contre toute tentative de saisie de véhicules de transport touristique en raison d’échéances de la dette pour la période de la pandémie , déclarant que toute tentative à cet égard signifie que le sit-in reviendra à nouveau et sous des formes plus puissantes, et le gouvernement a la responsabilité de protéger ces gains et la responsabilité de tout développement négatif.

Les fédéralistes ont demandé au gouvernement d’accorder au secteur du transport touristique la même importance qu’il accorde aux autres secteurs touristiques et de lui allouer un soutien direct, similaire au soutien destiné aux secteurs représentés par des personnes influentes et de grands investisseurs qui bénéficiaient auparavant de l’aide de l’État, à un moment où le secteur du transport touristique, est exclu.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant