M. Mayara appelle à faire du Parlement global pour la tolérance et la paix une tribune en faveur de sociétés tolérantes

15 يوليو 2022 - 10:07

Le président de la Chambre des Conseillers, Naama Mayara, a appelé hier jeudi à Rabat au renforcement du rôle du Parlement global pour la tolérance et la paix pour en faire une tribune de défense des sociétés tolérantes.

S’exprimant à l’ouverture de la 10è session dudit parlement qui se tient du 13 au 15 juillet à Rabat et Dakhla, M. Mayara a appelé à faire de cette institution une force de proposition pour mener des réflexions sur les moyens d’endiguer le discours de la haine et de l’extrémisme violent.

Cette session offre l’occasion de partager les idées et d’enrichir le débat autour de questions d’actualité, dans le sillage de l’émergence de phénomènes et de facteurs multidimensionnels qui nourrissent l’extrémisme, la haine, le rejet de l’autre, l’instabilité et l’intolérance, a indiqué le président de la deuxième Chambre du Parlement, expliquant qu’il s’agit d’une problématique complexe dans laquelle interfèrent les aspects éducatif, culturel, social, juridique, politique et médiatique.

L’action parlementaire collective doit être axée sur le renforcement du dialogue et de l’entente entre les cultures et les peuples, la proposition de solutions aux problèmes en cours dans de nombreuses zones de tension, ainsi que l’éradication des sources économiques, sociales et de développement de ces problèmes qui affectent la paix et la sécurité, a-t-il préconisé.

A cet égard, le Parlement marocain compte déployer davantage d’efforts et oeuvrer, via des initiatives législatives et des politiques publiques efficientes, à l’inclusion sociale des catégories précaires et les plus vulnérables qui risquent le plus de tomber dans le fanatisme et l’extrémisme religieux, a fait savoir M. Mayara, estimant que les politiques d’emploi, le développement de l’offre de l’enseignement et de la formation, les politiques de justice sociale, ainsi que la lutte contre le discours de haine constituent des éléments essentiels pour l’éradication des causes structurelles de l’intolérance.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a posé les fondements de la vision du Royaume dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, a-t-il poursuivi, évoquant le discours royal devant la 69è Assemblée générale de l’ONU, dans lequel le Souverain avait affirmé que “le monde aujourd’hui est à la croisée des chemins : soit la communauté internationale apporte son appui aux pays en développement, pour qu’ils puissent avancer et assurer la sécurité et la stabilité dans leurs régions respectives, soit nous aurons tous à supporter les conséquences de la montée des démons de l’extrémisme, de la violence et du terrorisme, qu’alimente le sentiment d’injustice et d’exclusion, et auxquels aucun endroit au monde ne pourra échapper.”

Sur cette base, le Maroc est en train de construire un modèle national en matière de tolérance, de cohabitation et d’ouverture, selon une stratégie globale et proactive, basée sur le respect des droits de l’Homme, la restructuration du champs religieux, la consécration du caractère central des valeurs de l’islam tolérant et une politique éducative ouverte, a souligné le président de la Chambre des Conseillers.

Ces efforts, s’ils sont inscrits dans le cadre d’une stratégie intégrée, peuvent constituer des éléments d’une approche marocaine, notamment dans le domaine des politiques de tolérance menées par le Royaume et qui visent le renforcement des valeurs d’altruisme et de la modération, comme réponse au fanatisme et aux idées extrémistes, à travers le renforcement du respect mutuel, l’ouverture sur l’autre et l’éducation aux valeurs de la tolérance et de la paix, a conclu M. Mayara.

Les travaux de la 10è session du Parlement global pour la tolérance et la paix, qui connaît la participation de plus de 80 parlementaires du monde entier, se poursuivent avec l’examen des rapports des commissions internes qui se sont réunies mercredi et qui se sont penchées sur le renforcement de la paix, les questions de la femme et des jeunes, les affaires étrangères, le développement durable, les questions juridiques et la lutte contre le terrorisme.

Les participants à ce conclave débattront également de plusieurs sujets liés à la tolérance et la paix et des moyens de faire face aux défis politiques, sécuritaires et économiques par des moyens pacifiques.

Le Parlement global pour la tolérance et la paix fait partie des instances relevant du Conseil global pour la tolérance et la paix (CGTP) qui se veut une organisation internationale soucieuse de consacrer les principes humanitaires nobles et de diffuser les valeurs de tolérance et de paix entre les peuples et les pays conformément aux orientations et aux principes des Nations Unies.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant