Malgré les critiques du gouvernement, les "enseignants contractuels " continuent le mouvement de protestation

18 مارس 2022 - 10:32

Malgré l’appel du gouvernement à la poursuite du dialogue et à  l’arrêt de la grève de deux semaines dans l’intérêt des élèves des établissements publics, les enseignants, cadres des académies régionales, s’apprêtent à manifester aujourd’hui, vendredi.

La coordination des enseignants  « contractuels »  a appelé à manifester aujourd’hui, vendredi, devant les académies régionales.

La Coordination affirme que sa manifestation d’aujourd’hui est due aux attaques de l’État contre les acquis des enseignants, critiquant le recours à des procès contre des enseignants qui ont participé à des manifestations précédentes à Rabat.

Hier, le gouvernement est sorti pour exprimer sa colère contre les grèves des « enseignants contractuels », qui se poursuivent pour la deuxième semaine consécutive, et le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas  a déclaré jeudi lors d’une conférence de presse après la réunion du conseil du gouvernement, que les grèves des enseignants contractuels, qui ont duré 14 jours, n’ont aucun sens, alors que les victimes sont les enfants des pauvres.

Baitas a déclaré: « C’est vrai que le gouvernement a parlé de solutions innovantes, et le gouvernement a l’intention de trouver une solution au dossier, mais le dialogue avec les enseignants contractuels est-il terminé et  sommes-nous allés mettre en œuvre l’accord avec les syndicats? » La porte du dialogue est fermée,  quand la tendance du gouvernement va dans un certain sens, et en fait on est toujours en dialogue avec les syndicats, alors qu’est-ce qui a changé ?

Le responsable du gouvernement a ajouté : « Il n’y a aucune justification pour les 14 jours de grève,  les élèves  n’étudient pas, cela n’a aucun sens, au final, ce sont les enfants des pauvres qui étudient dans ces écoles.

Il a également déclaré : « Je ne veux pas donner au sujet une lecture politique, mais j’en donnerai une  lecture objective,  le ministère a-t-il fermé la porte au dialogue ? » Le nouveau système est maintenant en cours de discussion et il doit être discuté avec les syndicats, et ceux qui sont concernés par la question ont été demandés à maintes reprises pour en discuter.

Baitas a poursuivi : « Quand nous lisons leur déclaration, il semble que quelque chose ne va pas », et il s’est demandé : « Pourquoi la grève a-t-elle lieu à ce moment précis ? Les associations des parents et les citoyens sont en colère, et nous aussi », ajoutant : « Si le dialogue était clos, la grève aurait été justifiée, et aujourd’hui nous appelons à revenir au dialogue pour résoudre ce dossier.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant