PLF-2023 : 26 MMDH pour la Caisse de compensation

21 أكتوبر 2022 - 11:04

La ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah, a indiqué hier jeudi que la Caisse de compensation continuera à remplir sa fonction à travers l’allocation de 26 milliards de dirhams (MMDH) dans le cadre du Projet de loi de finances (PLF) 2023.

La ministre qui présentait les grandes lignes du PLF-2023 lors d’une séance plénière des deux Chambres du Parlement, a fait savoir que les dépenses affectées à la subvention du gaz butane, au cours des neuf premiers mois de 2022, ont enregistré une augmentation de 70%, soit une moyenne de 97 dirhams par bouteille de 12 kg.

La ministre a souligné que le coût de la subvention des importations de blé pour cette année devrait s’élever à plus de 8,5 MMDH, outre un total de 1,3 MMDH destiné à subventionner la farine nationale de blé tendre, estimant que les coûts de compensation pour cette année devraient augmenter de 72%, sans compter les coûts de soutien des professionnels du transport public.

Par ailleurs, Fettah a fait remarquer que l’Etat prendra en charge les frais d’adhésion à l’assurance maladie obligatoire de base au profit de près de 4 millions de familles en situation de vulnérabilité, en allouant environ 9,5 MMDH, ce qui leur garantira l’accès aux établissements hospitaliers au même titre que le reste des bénéficiaires de la couverture maladie obligatoire.

Dans le même contexte, la ministre a noté que la mise à niveau du système national de santé se poursuivra, à travers l’allocation de 4,6 MMDH supplémentaires, portant ainsi le budget global alloué au secteur de la santé et de la protection sociale à plus de 28 MMDH.

Et de souligner que la réhabilitation du système de santé comprend plusieurs axes au premier rang desquels la mise à niveau des ressources humaines et l’amélioration de leurs conditions matérielles et de travail, avec une révision du système de formation, notant que 5.500 postes budgétaires devront être créés dans le secteur de la santé, en plus d’allouer près de 1,5 MMDH pour augmenter les salaires des professionnels de santé.

Elle a aussi relevé que le PLF-2023 prévoit la poursuite de la mise à niveau de l’offre de soins et l’amélioration de sa qualité, outre la répartition équitable des services hospitaliers sur l’ensemble du territoire national, faisant savoir qu’un certain nombre d’hôpitaux régionaux seront ouverts à Kénitra, Ifrane et Al Hoceima, en plus du parachèvement du programme national de réhabilitation des centres de santé.

De même, le gouvernement entend créer trois nouveaux centres hospitaliers universitaires à Errachidia, dont la construction démarrera en 2023, puis à Béni-Mellal et à Guelmim.

Fettah a précisé que le gouvernement, dans l’objectif de fournir des médicaments pour assurer le traitement des catégories nécessiteuses dans les hôpitaux publics, entend porter les allocations financières pour les médicaments à environ 2 MMDH, ajoutant dans ce sens que le PLF propose l’exonération des droits d’importation pour certains médicaments et produits pharmaceutiques destinés spécialement au traitement des maladies chroniques onéreuses, en plus d’une fiscalisation progressive des produits contenant du sucre, afin de préserver la santé des citoyens.

S’agissant du chantier relatif à la généralisation des allocations familiales dans le cadre de la réforme de la protection sociale, la ministre a indiqué que le gouvernement s’attèlera à sa mise en oeuvre avant fin 2023, et devra bénéficier à environ 7 millions d’enfants issus de familles vulnérables et pauvres en particulier, et 3 millions de familles en situation de vulnérabilité et sans enfant en âge de scolarité.

En ce qui concerne la réforme du système de l’éducation et de la formation, la ministre a relevé que le nouveau PLF a alloué 6,5 MMDH supplémentaires, portant le budget total alloué au secteur à environ 69 MMDH, précisant que 2 MMDH ont été affectés à l’accélération de la généralisation de l’enseignement préscolaire et environ 1,8 MMDH pour augmenter le nombre de bénéficiaires des cantines et internats, en plus de 1,6 MMDH pour le programme de soutien « Tayssir », qui sera remplacé par les allocations familiales à la fin de 2023.

Afin d’améliorer les conditions des enseignants et des cadres éducatifs, plus de 20.000 postes budgétaire seront créés, outre le règlement des arriérés de promotion, et le renforcement de la formation, pour laquelle près de 4 MMDH seront alloués pour la période 2022-2026. En outre, 224 établissements d’enseignement seront construits et 1.746 bâtiments scolaires seront réhabilités.

Aussi, 600 millions de dirhams seront également programmés pour promouvoir le secteur de l’enseignement supérieur et réformer l’université marocaine, a fait savoir la ministre.

Le gouvernement a également consacré près de 4 MMDH pour augmenter les salaires et les indemnités dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’enseignement supérieur, en plus de réduire la pression fiscale sur les salariés et les retraités de la classe moyenne, devant coûter 2,4 MMDH, a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne la facilitation de l’accès à un logement décent, la ministre a noté que le gouvernement créera un soutien direct aux familles pour l’achat d’un logement, au lieu de l’approche basée sur les dépenses fiscales et la mise à disposition de l’assiette foncière, dont l’impact économique et social est difficile à évaluer, a-t-elle dit.

Le gouvernement redoublera également d’efforts pour favoriser l’insertion des jeunes sur le marché du travail, en poursuivant la mise en oeuvre du programme Awrach, qui vise à créer 250.000 emplois, au cours des années 2022 et 2023, pour lequel le PLF 2023 a réservé environ 2,25 MMDH. Cela s’ajoute à la poursuite du programme Intelaka et Forsa pour lequel ce projet a consacré 1,25 MMDH.

Et de faire savoir que le PLF prévoit également la création de 48.212 postes budgétaires, contre 43.860 en 2022.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant