Pr Said Afif : La vaccination est nécessaire pour assurer l'immunité collective et affronter « Omicron »

20 ديسمبر 2021 - 12:03

Attention, la vigilance est de mise! Le Professeur Said Afif, membre du Comité scientifique et technique de la vaccination et président de la Société marocaine des sciences médicales, a affirmé, dans un entretien accordé à l’Agence MAP, que la situation épidémiologique au Maroc reste stable, et ce, malgré la confirmation du premier cas de contamination par le mutant « Omicron ». Une situation qui reste maitrisée, grâce aux mesures judicieuses prises par les autorités compétentes qui permettront de stabiliser la situation épidémiologique malgré une augmentation des cas observée dernièrement. Le Pr Afif a également déclaré que la troisième dose reste, toutefois, nécessaire pour assurer l’immunité collective et affronter la nouvelle souche tant redoutée.
Le Pr Afif tire la sonnette d’alarme car le Maroc commence à enregistrer une hausse des cas testés positif au Covid-19 passant de 100 malades à 200 malades/jour. Il rappelle aux gens l’efficacité vaccinale contre le variant Omicron d’où l’importance de se faite vacciner et de recevoir leur doses que ce soit la première, la deuxième ou la troisième.
La propagation fulgurante de ce variant dans le monde et notamment en Europe a conduit les autorités marocaines à prendre des mesures de suspension de vols et de contrôle des voyageurs à l’entrée et au départ du Roayume, afin de limiter la contamination par le nouveau variant.
Concernant le premier cas « Omicron » détecté chez une Marocaine résidant à Casablanca, Pr. Afif a confirmé que c’est un virus qui a muté et qui dispose d’une grande capacité de contamination. D’ailleurs, l’Organisation Mondiale de la Santé avait classé, récemment, cette cinquième souche comme extrêmement dangereuse. Le président de la Société marocaine des sciences médicales a averti que l’infection « Omicron » est similaire à l’infection à la varicelle, ajoutant qu’elle affecte davantage les personnes à faible immunité. La vaccination complète reste le seul moyen pour affronter ce virus, a-t-il ajouté.
A rappeler que le Maroc a annoncé la détection du premier cas par le variant Omicron chez une trentenaire Marocaine, résidant à Casablanca

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant