Qu’est-ce que la variole du singe, ce nouveau virus qui inquiète de plus en plus?

20 مايو 2022 - 12:25

La variole du singe, est une maladie rare et endémique d’Afrique de l’Ouest,  qui s’est répandue en quelques jours dans sept pays d’Europe et Amérique du Nord.

Encore complétement  inconnue il y a quelques jours, la variole du singe poursuit sa propagation en Europe. La Suède et l’Italie ont annoncé hier jeudi la détection du  premier cas humain sur leurs territoires, les questions autour de cette mystérieuse maladie s’accumulent. Comment l’attrape-t-on  et ? Est-elle dangereuse ?

Aussi appelée « monkeypox », la variole du singe est une maladie qui se transmet naturellement des animaux à l’être humain et inversement. De la même famille que la variole humaine, elle peut causer des symptômes semblables : fièvre, mal de tête, douleurs musculaires, mal de dos, ganglions lymphatiques enflés, frissons et fatigue. Des éruptions cutanées peuvent également survenir, souvent sur le visage, et se répandre à d’autres parties du corps, notamment les parties génitales. Il n’existe pas de traitement pour cette infection virale qui se guérit d’elle-même.

La variole du singe se transmet entre humains par contact avec une personne atteinte ou ses liquides organiques, dont la salive. « Généralement, la transmission se produit par voie respiratoire », indiquent les autorités sanitaires de la région de Madrid. Elles notent toutefois que « les cas supposés d’infection laissent penser que la transmission a eu lieu par les muqueuses pendant les relations sexuelles ». « Nous observons des transmissions parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes », ce qui est « une nouvelle information que nous devons étudier convenablement pour mieux comprendre la dynamique » de transmission, a déclaré Ibrahima Socé Fall, directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les interventions d’urgence, à Genève. Cependant, « n’importe qui, quelle que soit son orientation sexuelle, peut propager la variole du singe », ont souligné les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) américains.

Dans l’ensemble, les autorités se veulent rassurantes, soulignant que la maladie est peu contagieuse entre humains. Néanmoins, la multiplication des foyers apparents inquiète l’OMS et les autorités sanitaires locales. Au Royaume-Uni, l’agence britannique de sécurité sanitaire, assure qu’à l’exception du premier cas détecté qui avait récemment voyagé au Nigeria, la transmission entre les autres cas se serait faite au sein du pays.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant