Revue de Police: Focus sur la police des postes-frontières

03 أغسطس 2022 - 15:00

Le 44è numéro (Juillet-2022) de la “Revue de Police”, publiée par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), jette la lumière sur la police des postes-frontières, ce corps de contrôle qui se trouve au cœur même de la gestion des frontières et prend en charge l’ensemble des missions d’application de la réglementation régissant la circulation transfrontalière, ainsi que la lutte contre la criminalité et les trafics en tous genres, dont le terrorisme.

Sous le titre “La sûreté et sécurité des frontières… un enjeu stratégique et un défi mondial”, l’éditorialiste de la revue explique que la police des frontières se trouve dans l’obligation de relever les challenges et d’adapter en continu ses modes d’action et de gestion, en fonction des flux et des événements, tout en gardant l’œil bien ouvert et en scrutant toute menace ou danger pouvant survenir.

Dans cet esprit, la DGSN a engagé un grand projet de modernisation du travail de ses services au niveau des postes frontières, tant au niveau structurel et organisationnel que logistique et technologique, poursuit-il, notant que la DGSN a procédé à la réorganisation de ses services au niveau des postes frontières en adaptant la structure à l’importance des flux.

“S’il y a un évènement en particulier pour lequel la police des postes frontières met les bouchées doubles, c’est bel et bien l’Opération +Marhaba+”, souligne l’éditorialiste, faisant savoir que cette opération revêt une symbolique toute particulière pour le Maroc et jouit de la Haute sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’égard des Marocains du Monde.

Il s’agit d’une initiative unique pour un événement unique au Monde, traduisant une vision Royale éclairée et humaine pour ces Marocains, auxquels d’ailleurs une journée nationale a été spécialement dédiée, le 10 août de chaque année, ajoute-t-il, soulignant que la DGSN avec ses différentes composantes au niveau des postes frontières, se mobilise de jour comme de nuit, 24/7, pour faciliter le transit des MRE.

Intitulée “La sécurité des postes frontières au niveau national, une stratégie globale et multidimensionnelle”, le Spécial de ce numéro indique que de par sa position géostratégique en tant que porte d’entrée de l’Europe vers l’Afrique, partant du Détroit de Gibraltar au Nord à El Guerguarate au Sud, le Royaume du Maroc dispose d’un réseau intégré composé de 57 postes frontières stratégiques, terrestres, maritimes et aériens.

La gestion des postes frontières au niveau national, explique la revue, vise à répondre de manière opérationnelle et rapide à un ensemble de besoins découlant de la nature de l’économie et de la géographie du Maroc, en tant que pays maghrébin et arabe, bénéficiant du statut de partenaire avancé de l’Union européenne et disposant d’une importante profondeur africaine, lui permettant d’assumer le statut d’investisseur majeur au sein du groupe économique pour les pays d’Afrique de l’Ouest.

Dans un article publié par la revue, le directeur général de Tangier Med Port Authority, Hassan Abkari, revient sur la fonction de la DGSN au port Tanger Med qui s’est enrichie au fil des années pour mieux intégrer et prendre en compte les indicateurs de performances relatifs à la fluidité des marchandises et des personnes, contribuant ainsi à l’amélioration du classement de ce grand projet national auprès des instances internationales.

Pour sa part, Mohamed Hammouchi, préfet de Police, chef du District de police du Port Tanger Med, relève que les plateformes portuaires, de par leur immensité et le nombre important d’activités qui s’y déroulent, drainent un important flux de personnes et de marchandises, mais offrent aussi, malheureusement, des opportunités de choix pour s’adonner à tous types d’activités illicites.

De son côté, le Commissaire de Police Zakaria Boukhima, à la tête du Commissariat Spécial de l’Aéroport international Nador-El Aroui, indique dans un entretien accordé à la Revue de Police, que l’activité criminelle la plus prégnante, à l’aéroport Nador-El Aroui, est la migration irrégulière, par usage de documents de voyage contrefaits ou falsifiés.

Intitulé “La police des frontières au féminin”, le dossier de ce numéro braque les projecteurs sur la Brigadier Chef de Police et Guichetière au District de Police du Port Tanger Med, Kamar Ouriaghli qui, grâce à sa vigilance, a pu détecter plusieurs personnes qui tentaient de s’introduire ou de quitter illégalement le sol national, ou qui transportaient des matières prohibées, et dont certaines ont abouti au démantèlement de tout un réseau.

“Les postes frontières sont la première ligne de défense de notre pays et c’est aussi notre image. Je fais mon travail avec la rigueur qui s’impose pour ne rien laisser passer et avec courtoisie. Nous sommes le rempart contre le franchissement illégal de toute personne indésirable ou de produits dangereux sur notre sol et vice versa”, a expliqué Mme Ouriaghli dans un entretien accordé à la Revue.

Dans ce numéro, la Revue revient dans la rubrique “Zoom” sur la mise en place, il y a quelques années déjà, des guichets mobiles, embarqués à bord des navires et ferries. Il s’agit d’une délocalisation de l’activité des guichetiers en mer, aussi appelé “Les policiers navigants”.

La rubrique “Éclairage” est consacrée, quant à elle, à la modernisation de la gestion des frontières par la technologie afin d’offrir une meilleure qualité et efficacité des contrôles.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant