Zahara Moufid : Retour aux sources d’une cinéaste accomplie

02 أغسطس 2022 - 14:07

Auteur d’un riche parcours artistique et cinématographique qui l’a conduite dans différentes partie du globe, la cinéaste marocaine, Zahara Moufid opère un retour aux sources.

En signant des films et séries tournées au Maroc et à Dakhla en particulier, elle affiche comme ambition de promouvoir son pays natal, comme destination de choix pour les tournages, mais aussi comme un moyen très noble de faire connaître la culture, la nature et le cinéma marocains.

C’est dans ce même cadre qu’elle évoque la préparation, avec le producteur Jim Sheridan, d’un film intitulé « Hiba ».

Actuellement en post- production, tourné entre l’Irlande et le Maroc – plus précisément dans la ville de Fès -, il s’agira d’un film qui rend hommage à la femme marocaine, et spécialement pour un père arabe qui est mon père qui était un père incroyable et était fier d’être un pere des filles . Dit-elle.

Concernant ses projets futurs, elle parle, pêle-mêle de séries tv tournées elles aussi au Maroc, ainsi que l’écriture d’un livre.

La passion pour le cinéma de Zahara Moufid s’est révélée dès son plus jeune âge, à commencer par son amour pour les histoires que lui racontaient sa mère et sa grand-mère *et sa passion pour l’écriture vient de son père qui était amateur de livres

C’est à 20 ans qu’elle commence à rencontrer plus de personnes qui partagent son intérêt pour l’univers cinématographique, notamment l’acteur Mohamed Meftah et d’autres réalisateurs.

Après des cours de théâtres et des formations en cinéma aux Etats-Unis et en Irlande, elle décroche son master, réalise plusieurs documentaires et des court-métrages, et puis eut lieu la rencontre de Jim, son professeur et mentor. Elle assure que c’est en travaillant avec lui dans sa société de production qu’elle a appris les secrets du métier de cinéaste.

Son projet initial avec Jim Sheridan, nominé aux Oscars, a conduit à une collaboration riche et continue et à un contrat avec sa société de production Hell’s Kitchen où elle travaille en tant que cinéaste, scénariste et productrice.

Zahara n’oublie pas non plus de rendre hommage au pays qui l’a accueillie, en affirmant que les Irlandais ont une culture très riche en écriture et en théâtre, encouragent la créativité, et ont appris le cinéma à la cinéaste en herbe qu’elle fut autrefois.

Outre son palmarès cinématographique, Zahara a été mandatée par plusieurs organisations caritatives pour filmer et produire des documentaires sur le quotidien et les conditions  de différentes catégories défavorisées (réfugiés, orphelins, adolescents défavorisés…) de par le monde.

Partagez vos idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Suivant